EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Euro-2016 : 4 équipes pour un titre

Euro-2016 : 4 équipes pour un titre
Tous droits réservés 
Par Christelle Petrongari
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Plus que quelques jours avant la fin du suspens à Paris.

PUBLICITÉ

Plus que quelques jours avant la fin du suspens à Paris. En attendant, 4 équipes vont s’affronter en demi-finales pour décrocher leur ticket pour le match qui couronnera l’un d’eux. Petit tour d’horizon des candidats qui pourraient soulever le trophée.

Les prétendants au titre européen

France

Apès 10 ans de disette, la France de retour dans le dernier carré d’une grande compétition. Face à l’Allemagne jeudi à Marseille, les Bleus auront à coeur de prendre leur revanche, deux ans après l‘élimination du Mondial-2014 à Rio en quarts de finale. Le duo Griezmann-Giroud est lancé en attaque et Dimitri Payet reste une arme fatale. Mais la défense est toujours un gros sujet de préoccupation. Sans blessés ni suspendus, les Français pourront compter sur toutes leurs forces.

Avec quelle équipe contre l'Allemagne? https://t.co/uHAulM2wzW

— L'ÉQUIPE (@lequipe) 4 juillet 2016

La France a atteint son objectif, mais n'a pas encore réussi son Euro https://t.co/IXGP3JjGTr par jmpottier</a></p>&mdash; Slate.fr (Slatefr) 4 juillet 2016

Allemagne

L’Allemagne est en quête d’un doublé Mondial-Euro après avoir remporté la Coupe du monde 2014.
Le champion du monde s’affirme comme un candidat de premier plan au titre après avoir éliminé l’autre grosse équipe du tournoi, l’Italie. La Nationalmannschaft peut s’appuyer sur un socle défensif très expérimenté mais elle sera privée de plusieurs éléments de poids : Hummels, suspendu, Khedira et Gomez forfaits, Schweinsteiger incertain. “La France est beaucoup moins prévisible que l’Italie”, prévient Joachim Löw.

L'Allemagne, fallait pas l'inviter https://t.co/NrOo7kqCD1

— L'ÉQUIPE (@lequipe) 4 juillet 2016

Joachim Löw (sélectionneur de l'Allemagne) : « La France a une dynamique » https://t.co/Au8JoNVIuI

— L'ÉQUIPE (@lequipe) 4 juillet 2016

Portugal

“On n’a encore rien gagné, mais on va tout donner en demi-finales et en finale”, a promis dimanche l’attaquant et capitaine du Portugal Cristiano Ronaldo qui n’a pas brillé sur le terrain.
Le Portugal n’a toujours pas gagné le moindre match dans la compétition lors des 90 minutes du temps réglementaire: il n’en a pas perdu non plus. La Selecçao tentera mercredi de s’offrir une nouvelle finale après celle perdue en 2004 contre la Grèce. Le sélectionneur espère compter sur l’ensemble de son groupe, à l’exception du milieu William Carvalho, suspendu, qui devrait être remplacé par Danilo Pereira.

Euro : Un Portugal pas trop couleur locale https://t.co/077HRhfEXb

— L'ÉQUIPE (@lequipe) 4 juillet 2016

La surprise pays de Galles

Pour sa première participation à l’Euro, l‘équipe de Chris Coleman fait sensation. Le pays de Galles faisait figure de poids plume par rapport à ses homologues demi-finalistes mais le sélectionneur a fait du Madrilène Gareth Bale une redoutable arme offensive, au service du collectif.
“Rêvez, n’ayez pas peur des rêves”, martèle Chris Coleman à la tête des Dragons depuis 2012. Les Gallois seront privés de leur défenseur Ben Davies, et du milieu de terrain Aaron Ramsey, tous deux suspendus pour un second avertissement dans la compétition. Jusqu’ici, les Gallois n’avaient jamais fait mieux qu’un quart de finale au Mondial-1958.

Gareth Bale (pays de Galles): «La star, c'est l'équipe» https://t.co/p0XGNv1CKH

— L'ÉQUIPE (@lequipe) 4 juillet 2016

Italie : encore raté !

L’Italie au contraire n’a toujours pas trouvé son bonheur dans l’Euro, éliminée par l’Allemagne en quart de finale. Des Italiens 4 fois champions du monde mais avec un seul titre européen à leur palmarès. Cela fait 48 ans que la squadra azzura court après une victoire européenne.

“L’Italie dehors mais la tête haute”: la presse transalpine traduit bien le parcours d’une équipe qui n’a pas à rougir, elle qui a battu la Belgique et la Suède en match de poule, chuté face à l’Irlande dans un match sans enjeu et sorti les tenants du titre espagnols en huitième de finale.

#EURO2016
A story that ended too soon but without regrets and with the continued support of an entire nation! #ITApic.twitter.com/OAYb8tMfBU

— Italy (@azzurri) 4 juillet 2016

La squadra azzura a séduit par son sens du collectif et son engagement, qui ont fait oublier les absences de plusieurs joueurs majeurs, non sélectionnés pour cause de blessure. Une sortie digne et chargée d‘émotion, marquée par les larmes du gardien Buffon et du défenseur Barzagli, dont c‘était sans doute la dernière apparition sous le maillot national.

Euro2016 cartoline azzurre. Dieci cose da ricordare https://t.co/hcSiGxLQWs

— LaGazzettadelloSport (@Gazzetta_it) 4 juillet 2016

Une séance de tirs aux buts mémorable

On appelle cela la guerre des nerf. Après avoir fait jeu égal avec l’Allemagne, 1 partout à l’issue du temps réglementaire et des prolongations, l’Italie échoue dans une folle séance de tirs. Il a fallu à chaque équipe pas moins de neuf tirs pour se départager ! Grâce à son gardien Manuel Neuer, l’Allemagne est venue à bout de l’Italie, 6 buts à 5, l’Italie qu’elle n’avait jamais battu jusqu’ici dans un tournoi majeur. Une fin cruelle pour la squadra azzura, et pour l’expérimenté gardien Gianluigi Buffon, 38 ans, qui a lui aussi réalisé des arrêts précieux mais n’a pas pu dévié le tir victorieux d’Hector.

L'abbraccio di gianluigibuffon</a> ai tifosi azzurri ripreso da <a href="https://twitter.com/scantalupi">scantalupi :-) #euro2016https://t.co/M9f1uRWtlY

— LaGazzettadelloSport (@Gazzetta_it) 4 juillet 2016

Et le meilleur buteur de l’Euro est…

Le Français Antoine Griezmann a pris les rênes du classement des buteurs avec 4 réalisations, après un ballon piqué pour le quatrième but face à l’Islande. “Grizou”, qu’on disait fatigué en début d’Euro, monte en puissance et est l’arme numéro 1 des Bleus. Un festival offensif qui peut faire trembler la Mannschaft, même si dans les cages, il y aura un certain Manuel Neuer…

Le classement des buteurs de cet #EURO2016 ! pic.twitter.com/Uqlqqj2if8

— L'ÉQUIPE 21 (@lequipe21) 4 juillet 2016

L‘équipe qui venait du froid met le feu

La petite Islande a ébahi le monde du football en sortant l’Angleterre en 8èmes de finale. Malgré l‘élimination, ses joueurs reviennent en héros au pays, ils traverseront la capitale Reykjavik en bus à impériale.
Une équipe irréprochable et attachante comme ses extraordinaires supporters dont le “clapping” fait désormais tâche d’huile dans les tribunes.

Un dernier salut tout simplement magique https://t.co/Me3BgFmEkB#clapping#Islande#euro2016

— Tele-Loisirs.fr (@TeleLoisirs) 4 juillet 2016

L'#Islande, un pays complètement foot https://t.co/mTKt6BB8yR Par Gallouk</a> <a href="https://twitter.com/ReportageFI">ReportageFI#Euro2016pic.twitter.com/DkRP8v9hZ7

— France Inter (@franceinter) 30 juin 2016

I tifosi dell'#Islanda all'aeroporto Charles de Gaulle non smettono di cantare (via dadirafnsson</a>) <a href="https://twitter.com/hashtag/EURO2016?src=hash">#EURO2016</a> <a href="https://t.co/DGfeZLP5GP">pic.twitter.com/DGfeZLP5GP</a></p>&mdash; Michele Gazzetti (MicheleGazzetti) 4 juillet 2016

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pas de mondial pour l’Ukraine, les fans tournés vers « d’autres batailles »

L'Ukraine privée de mondial par le Pays de Galles

Gareth Bale s'éloigne du Real Madrid et se rapproche de Tottenham