Sommet de l'OTAN à Varsovie : comme un air de guerre froide

Sommet de l'OTAN à Varsovie : comme un air de guerre froide
Par Julien Pavy
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'OTAN veut rassurer les pays de l'Europe de l'Est, dont la Pologne, inquiets des intentions russes, après l'annexion de la Crimée.

PUBLICITÉ

Un hommage aux soldats de l’OTAN, morts en mission a ouvert le sommet de l’Alliance Atlantique à Varsovie.
Les représentants des 28 États membres sont réunis pendant deux jours pour un sommet qui intervient sur fond de Brexit ou encore de tensions avec la Russie.

L’OTAN veut rassurer les pays de l’Europe de l’Est, dont la Pologne, inquiets des intentions russes, après l’annexion de la Crimée.

“La stabilité de la région euro-atlantique dépend de la sécurité à nos frontières. Nous devons renforcer la coopération avec tous nos partenaires, à la fois à l’est et au sud. Nous ne sommes pas entourés par des ennemis, nous sommes entourés par des défis’‘, a déclaré en préambule le président polonais Andrzej Duda.

Présent également à Varsovie, le président ukrainien Petro Porochenko, dont le pays reste au coeur d’un conflit qui exacerbe les tensions entre la Russie et les Occidentaux.

Pour dissuader Moscou d’avancer davantage ses pions vers son ancienne zone d’influence, l’OTAN doit confirmer à Varsovie le déploiement de quatre bataillons multinationaux, soit environ 4.000 soldats dans les pays baltes et en Pologne. Barack Obama a déjà confirmé l’envoi de 1.000 soldats américains.
L’Alliance atlantique doit également déclarer opérationnelle la mise en place d’un bouclier antimissile en Europe continentale.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pologne : le Parlement fait un premier pas vers une libéralisation de l'accès à l'IVG

Les élections locales polonaises, test ultime avant les élections européennes

Crise diplomatique entre la Pologne et Israël après la mort de sept humanitaires à Gaza