PUBLICITÉ

Un an après Alan Kurdi, des enfants continuent de mourir en Méditerranée

Un an après Alan Kurdi, des enfants continuent de mourir en Méditerranée
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Il y a un an, le corps sans vie d’Alan Kurdi, un petit Syrien de 3 ans, était retrouvé sur une plage turque.

PUBLICITÉ

Il y a un an, le corps sans vie d’Alan Kurdi, un petit Syrien de 3 ans, était retrouvé sur une plage turque. Aujourd’hui, des enfants sur la route de l’exil meurent toujours en Méditerranée, malgré l’émoi créé par le sort tragique d’Alan.

Le 2 septembre 2015, la photo du petit garçon s’est propagée à une vitesse incroyable, non sans soulever de polémique. Mais ce cliché a eu beaucoup d’impacts dans l’opinion publique sur la question des migrants. L’Union européenne a également revu sa position et a augmenté ses efforts pour enrayer la mort de migrants en Méditerranée.

Malgré ces prises de conscience et ces bonnes paroles, entre septembre 2015 et septembre 2016, 373 enfants sont morts en mer selon les chiffres de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM).

L’accord entre l’UE et la Turquie sur les questions migratoires a réduit le nombre de migrants désirant rallier l’Europe, ce qui a également entraîné moins de morts. Ces derniers six mois, 63 enfants sont morts en mer contre 311 entre septembre 2015 et mars 2016.

Sarah Crowe, porte-parole de l’UNICEF, a précisé à Euronews, que s’il y a moins de morts depuis mars, c’est aussi parce qu’il y a moins de migrants qui ont pris la route de l’Europe.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Migrants : l'Open Arms et le Alan Kurdi, deux bateaux en attente

"Où est maman ?" L'histoire d'un petit garçon ukrainien enlevé par les forces russes

Guerre en Ukraine : Moscou annonce un accord avec Kyiv pour échanger 48 enfants