EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Les donateurs internationaux au chevet de l'Afghanistan

Les donateurs internationaux au chevet de l'Afghanistan
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

A Bruxelles, le pays espère obtenir 2,7 milliards de dollars de dons. La Commission européenne s'est déjà engagée à hauteur de 200 millions d'euros.

PUBLICITÉ

Secoué par les attentats et rongé par la corruption l’Afghanistan ne tient qu‘à l’aide internationale.
Mardi à Bruxelles, en marge d’une conférence des donateurs, la Commission européenne s’est déjà engagée à verser 200 millions d’euros au gouvernement afghan entre 2017 et 2020.
Le ministre des finances afghan a promis que cet argent serait utilisé à bon escient ce dont doutent la plupart des donateurs.

#Afghanistan: les ratés de l'aide occidentale illustrés #AFPpic.twitter.com/CLcyT3vT8K

— Caroline Perrot cnp/ (@CaroPerrot) 4 octobre 2016

Edlil Ahmad Hakimi, ministre afghan des finances : “Les fonds nous aideront à faire des progrès au plan national en particulier contre la pauvreté et pour les femmes. C’est la solution aux problèmes auxquels nous faisons face : les conflits, la violence et de manière très importante, l‘émigration”.

Les Afghans espèrent collecter 2,7 milliards de dollars de dons au terme de cette conférence.

Mardi, il a été beaucoup question du rôle des femmes dans la société afghane et de leur implication dans la vie sociale et économique.

Fereshteh Karimi, militante pour les droits des femmes :“Nous demandons à la communauté internationale et aux Européens de continuer à soutenir financièrement et moralement le peuple d’Afghanistan afin de pouvoir retrouver le calme, la paix et la stabilité”.

Mais les défis restent immenses dans ce pays de 30 millions d’habitants : selon Transparency international, un huitième de l’aide à Kaboul est dilapidé dans la corruption.

“L’attaque de cette semaine des talibans dans la province de Kunduz a rappelé combien était long le chemin vers la paix en Afghanistan, explique Maria Sarsalari notre correpondante à Bruxelles. Si le gouvernement et la société civile ne sont pas suffisamment soutenus, le pays court le danger de se transformer en un nouvel Irak.”

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Kaja Kallas démisionne en vue de devenir cheffe de la diplomatie européenne

"L'Europe doit entretenir une certaine forme de relation avec la Russie" selon János Bóka

La Pologne et la Lituanie font appel à l'UE pour protéger leurs frontières