EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Italie : polémique avant l'envoi de soldats près de la frontière russe

Italie : polémique avant l'envoi de soldats près de la frontière russe
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ce déploiement, prévu sous l'égide de l'Otan, est jugé inamical et dangereux par l'opposition.

PUBLICITÉ

L’annexion de la Crimée par la Russie en 2014 a ravivé les tensions avec l’Otan.
Depuis, l’Alliance atlantique a annoncé le renforcement de sa présence dans les pays baltes ainsi qu’en Pologne.

Un renforcement jugé incontournable pour le secrétaire général de l’Otan. Jens Stoltenberg était en visite officielle vendredi à Rome.

La Russie installe des missiles à capacité nucléaire aux portes de l'Otan https://t.co/d9mjSOsX7hLePoint</a> <a href="https://t.co/UX3nl98JJw">pic.twitter.com/UX3nl98JJw</a></p>&mdash; L&#39;important (Limportant_fr) 8 octobre 2016

Jens Stoltenberg: “Ces dernières semaines, la Russie a déployé un système de missiles plus près des frontières de l’Alliance qui pourraient transporter des ogives nucléaires. Les alliés sont très inquiets face à cette situation. Nous allons continuer à poursuivre notre politique de défense forte alliée à un dialogue politique”.

Armée turque 406 000 hommes France 207 000 Italie 182 000 Allemagne 180 000 (chiffres Otan/Washington Post) pic.twitter.com/d5hZDg3asT

— Gilles Klein (@GillesKLEIN) 15 juillet 2016

Pour compléter les bataillons qui vont être déployés sur la frontière orientale, l’Italie enverra notamment 140 soldats en Lituanie. Un déploiement très critiqué dans le pays.
Le ministre des affaires étrangères de Matteo Renzi a dû s’expliquer.

Paolo Gentiloni, ministre italien des Affaires étrangères : “Cela n’a absolument rien à voir avec ce qui s’est passé ces dernières semaines et ces derniers mois. C’est une décision qui a été prise et annoncée il y a six mois”.

Cette déclaration qui n’a pas calmé la bronca en Italie. A droite comme à gauche de nombreuses voix se sont élevées pour critiquer l’envoi de ces militaires.
Un geste jugé dangereux et inamical vis-à-vis de la Russie.
Moscou a fait savoir que cette décision allait créer de nouvelles divisions en Europe.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Russie soupçonnée d'avoir violé l'espace aérien finlandais

France : deux bombardiers russes interceptés au large de la Bretagne en septembre

L’opposition italienne dans la rue pour dénoncer les réformes de Meloni