Déploiement de l'Otan à la frontière russe : Moscou furieux

Déploiement de l'Otan à la frontière russe : Moscou furieux
Tous droits réservés 
Par Laurence Alexandrowicz avec Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Evidemment, le choix de l’Otan n’allait pas satisfaire la Russie.

PUBLICITÉ

Evidemment, le choix de l’Otan n’allait pas satisfaire la Russie. Moscou a donc mal pris la décision adoptée mercredi de déployer 4 000 hommes à la frontière russe. Quatre bataillons seront installés en Pologne et dans les pays baltes. L’Otan veut aussi appliquer cette stratégie autour de la Mer Noire.

Lors d’un forum devant des experts et anciens dirigeants à Sotchi, Vladimir Poutine a ironisé : “De nouvelles menaces imaginaires apparaissent tout le temps, comme ce qu’on appelle la menace militaire russe. C’est évidemment très pratique parce que certains pays peuvent réclamer une augmentation de leurs budgets militaires, ou mettre la pression sur les alliés dans l’intérêt des superpuissances, ou étendre les infrastructures de l’Otan avec des troupes et des armes plus près de nos frontières.”

François Fillon: «Je suis choqué par les discours des responsables de l’Otan sur la Russie» via Lopinion_fr</a> <a href="https://t.co/cYOodGcNPt">https://t.co/cYOodGcNPt</a></p>&mdash; jean-do merchet (jdomerchet) 26 octobre 2016

Certains disent déjà que ce déploiement sera insuffisant face à une Russie toujours plus affirmée. Pourtant l’Otan ne pouvait pas ne pas agir, après l’annexion de la Crimée en 2014 et les inquiétudes croissantes des anciens pays satellites de l’URSS.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pas d'escale espagnole pour la flotille russe

Italie : polémique avant l'envoi de soldats près de la frontière russe

France : deux bombardiers russes interceptés au large de la Bretagne en septembre