EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Maroc : 8 personnes en détention préventive pour la mort du poissonnier

Maroc : 8 personnes en détention préventive pour la mort du poissonnier
Tous droits réservés 
Par Joël Chatreau
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Onze personnes ont été déférées devant un juge d’instruction à la suite de la mort de Mouhcine Fikri, ce vendeur de poissons qui est décédé dans des conditions affreuses vendredi dernier dans le port

PUBLICITÉ

Onze personnes ont été déférées devant un juge d’instruction à la suite de la mort de Mouhcine Fikri, ce vendeur de poissons qui est décédé dans des conditions affreuses vendredi dernier dans le port d’Al-Hoceima, au nord du Maroc. Huit d’entre elles ont été placées en détention préventive. C’est ce qu’a indiqué mardi 1er novembre le procureur général du roi d’Al-Hoceima, précisant que les accusés sont poursuivis pour “homicide involontaire et faux en écriture publique”. Il s’agit notamment, selon des médias marocains, du délégué de la pêche maritime, du chef de service de la délégation de la pêche maritime, de deux agents du ministère de l’Intérieur, du médecin chef du service vétérinaire…

Vidéo. Le Procureur du roi dit tout sur l'affaire #Mohcine_Fikrihttps://t.co/wmegQRXP1Vpic.twitter.com/BU4JAdlQp6

— Le360 (@Le360fr) 1 novembre 2016

La Brigade nationale de la police judiciaire est chargée de l’enquête. En tout, une vingtaine de personnes ont été entendues et plusieurs ont été gardées à vue durant 72 heures. Mouhcine Fikri, âgé d’une trentaine d’années, a été écrasé accidentellement par le mécanisme de compactage d’une benne à ordures; il tentait de s’opposer à la destruction de sa marchandise, qui avait été saisie. Le drame a aussitôt suscité une vague d’indignation à travers le pays et des manifestations se poursuivent dans plusieurs villes marocaines.

This is what Al-Hoceima #Morocco, looked like last night #طحن_موpic.twitter.com/oT7XiL4RPQ

— Nadir Bouhmouch نادر (@Boutswir) November 1, 2016

La presse marocaine révèle les premiers éléments de l’enquête. Le jeune marchand s‘était procuré près de 500 kilos d’espadon mais il est interdit de pêcher cette espèce pendant les mois d’octobre et de novembre chaque année. Le véhicule qui transportait le poisson a été arrêté, les infractions à la loi ont été constatées et la destruction du stock a été ordonnée. C’est un camion de ramassage des ordures qui en était chargé mais Mouhcine Fikri, avec d’autres personnes, est monté à l’arrière du véhicule. Malheureusement, le broyeur, alimenté en électricité par le conducteur, s’est mis en route….

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Maroc : nouvelle manifestation après la mort d'un vendeur de poisson

Le Youtubeur Diamond Tema annonce qu'il est à l'étranger après l'émission d'un mandat d'arrêt

Pays-Bas : les condamnations tombent pour le meurtre du journaliste Peter R. de Vries