« Liberté pour Ahmed » : dix ans de prison contre un Syriano-Chypriote en Hongrie

« Liberté pour Ahmed » : dix ans de prison contre un Syriano-Chypriote en Hongrie
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Manifestation à Budapest ce samedi : quelques centaines de personnes ont défilé dans le centre de la capitale hongroise pour protester contre une décision de justice prise mercredi contre un Syriano-C

PUBLICITÉ

Manifestation à Budapest ce samedi : quelques centaines de personnes ont défilé dans le centre de la capitale hongroise pour protester contre une décision de justice prise mercredi contre un Syriano-Chypriote qui a été condamné à dix ans de prison pour son rôle dans des heurts avec la police à la frontière avec la Serbie l’année dernière.

« Le problème de ce verdict c’est qu’ils ont proclamé que les réfugiés sont des criminels. Les réfugiés ne sont pas des criminels, ce sont juste des gens désespérés qui fuient la guerre, » a déclaré un manifestant.

Les faits reprochés à Ahmed Hamed, citoyen syrien vivant à Chypre et détenteur d’un permis de résidence européen, sont constitutifs de terrorisme selon la loi hongroise. Sa sentence est la plus lourde jamais prononcée dans le cadre de la crise migratoire.

Lors des violences de septembre dernier, un groupe de migrants avait tenté de forcer l’ouverture d’un poste-frontière. Parmi eux, Ahmed Hamed, qui avait harangué la foule, et des membres de sa famille, immigrants clandestins.

A Budapest, Andrea Hajagos :
« Le verdict prononcé contre ce Syrien n’est pas définitif, car l’accusation et la défense ont toutes deux fait appel. Le procès va donc continuer en deuxième instance. »

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Péter Magyar, le nouveau rival de Viktor Orban a rassemblé des dizaines de milliers de partisans

Les chiens comprennent quand on leur parle, selon une étude

Entrée de la Suède dans l'Otan : Budapest et Stockholm signent un accord militaire