EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Attentat de Berlin : l'extrême-droite s'en prend à Angela Merkel

Attentat de Berlin : l'extrême-droite s'en prend à Angela Merkel
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Sans attendre que la police ait pu faire la lumière sur l'auteur de l'attaque au camion-bélier, qui a fait lundi soir 12 morts et une cinquantaine de blessés en fonçant sur la foule des badauds, l

PUBLICITÉ

Le carnage du marché de Noël de Berlin risque de constituer un nouveau coup dur pour Angela Merkel, régulièrement attaquée sur sa politique d’immigration généreuse, au moment où elle commençait à remonter la pente dans l’opinion.

Sans attendre que la police ait pu faire la lumière sur l’auteur de l’attaque au camion-bélier, qui a fait lundi soir 12 morts et une cinquantaine de blessés en fonçant sur la foule des badauds, les critiques ont commencé à fuser.

La droite populiste allemande, à la pointe de la dénonciation de l’accueil des réfugiés dans le pays, a mis en cause la politique d’immigration de la chancelière, même si la police a fini par mettre hors de cause un demandeur d’asile un temps présenté comme suspect.

Wann schlägt der deutsche Rechtsstaat zurück? Wann hört diese verfluchte Heuchelei endlich auf? Es sind Merkels Tote\#Nizza#Berlin

— Marcus Pretzell (@MarcusPretzell) 19 décembre 2016

Ce sont les morts de Merkel !“, a dénoncé l’un des responsables du mouvement Alternative pour l’Allemagne (AfD), Marcus Pretzell, sur son compte Twitter. L’Allemagne n’est plus sûre“ face “au terrorisme de l’islamisme radical“, lui a fait écho la figure de proue de l’AfD, Frauke Petry, en mettant en cause la décision de la chancelière allemande d’ouvrir les portes du pays aux migrants et aux demandeurs d’asile à l‘été 2015.

En dehors de l’Allemagne, d’autres partis ou mouvements d’extrême-droite ont aussi critiqué la chancelière.

En France, Marine Le Pen a demandé dans ce communiquéle rétablissement immédiat“ des frontières nationales et “l’arrêt tout aussi immédiat de la répartition des migrants dans nos communes.“ “L’émotion est là, mais l’indignation est très forte : combien faudra-t-il de massacres et de morts pour que nos gouvernements cessent de faire entrer dans nos pays dépourvus de frontières un nombre considérable de migrants, alors qu’on sait parfaitement que des terroristes islamistes s’y mêlent ?

Aux Pays-Bas, le fondateur du Parti pour la liberté, Geert Wilders, a tweeté une photo de la chancelière avec du sang sur les mains.

pic.twitter.com/drbYbGGxg8

— Geert Wilders (@geertwilderspvv) 20 décembre 2016

Au Royaume-Uni, Nigel Farage, l’ancien président du parti europhobe Ukip a lui aussi réagi via les réseaux sociaux : “Nouvelles terribles de Berlin mais sans surprise. Des événements similaires seront l’héritage de Merkel.

Terrible news from Berlin but no surprise. Events like these will be the Merkel legacy.

— Nigel Farage (@Nigel_Farage) 20 décembre 2016

Avec agence (AFP)

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un membre de l'AfD accusé d'avoir été payé par la Russie

"L'intégration européenne doit se poursuivre", selon le vice-chancelier allemand Robert Habeck

Guerre en Ukraine : Kyiv a plus que jamais besoin du soutien de l'Allemagne