Antonio Guterres dit vouloir faire de 2017 une année pour la paix

Antonio Guterres dit vouloir faire de 2017 une année pour la paix
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Il est le nouveau chef de la diplomatie mondiale et il hérite d’une institution à la crédibilité chancelante… Le Portugais Antonio Guterres a officiellement pris ce 1er janvier les rênes des Nations…

PUBLICITÉ

Il est le nouveau chef de la diplomatie mondiale et il hérite d’une institution à la crédibilité chancelante… Le Portugais Antonio Guterres a officiellement pris ce 1er janvier les rênes des Nations Unies. Un mandat de cinq ans inauguré par un message vidéo dans lequel le nouveau secrétaire général lance un appel pour la paix.

“En ce jour de l’An, je vous demande à tous de prendre avec moi cette résolution : engageons-nous à faire de la paix notre priorité absolue, dit-il dans ce message. Faisons de 2017 l’année où nous tous – citoyens, gouvernements et dirigeants – aurons tout fait pour surmonter nos différences. De la solidarité et la compassion dans notre vie quotidienne au dialogue et au respect quelques soient les clivages politiques. Des cessez-le-feu sur le champ de bataille aux compromis à la table des négociations pour parvenir à des solutions politiques. La paix doit être notre objectif et notre guide.”

Antonio Guterres s’est gardé de mentionner un conflit en particulier, mais les crises que les Nations Unies n’ont pas su stopper sous Ban Ki-Moon sont multiples, à commencer la Syrie, le Yémen ou encore le Soudan du Sud.

Le nouveau Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, est entré en fonction ce 1er janvier. Voici ses vœux pour 2017 : pic.twitter.com/RVftIi1G7Q

— Nations Unies (ONU) (@ONU_fr) January 1, 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Antonio Guterres peut-il relancer l'ONU ?

Procès Trump : aucun juré choisi à l'issue du premier jour

La loi texane criminalisant l'entrée illégale sur le territoire de nouveau suspendue en cour d'appel