Ford renonce à implanter une usine au Mexique sous la pression de Trump

Ford renonce à implanter une usine au Mexique sous la pression de Trump
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le deuxième constructeur automobile américain prévoit même de réinvestir une partie des 1,6 milliards de dollars prévus pour son projet d’installation mexicaine.

PUBLICITÉ

Le deuxième constructeur automobile américain prévoit même de réinvestir une partie des 1,6 milliards de dollars prévus pour son projet d’installation mexicaine. 700 millions de dollars serviront à une usine du Michigan pour fabriquer des véhicules autonomes et électriques.

Etats-Unis : Ford rapatrie ses investissements du Mexique sous la menace Trump https://t.co/Iw3QkumK3o

— Le Parisien (@le_Parisien) 3 janvier 2017

Le PDG de Ford précise toutefois qu’il maintiendra le transfert d’une partie de sa production au Mexique. “Nous avons été en partie encouragés par les mesures pour la croissance que le président élu et le nouveau Congrès ont dit vouloir appliquer”, a souligné hier Mark Fields.

Après Ford, Trump s’attaque à General Mortors en tweetant : ils “livre[nt] des voitures Chevy Cruze, faites au Mexique, à [leurs] concessionnaires américains sans payer de taxe. Fabriquez aux Etats-Unis ou payez une lourde taxe douanière”.

Faux, selon General Motors qui précise que la Chevrolet Cruze vendue aux Etats-Unis est produite près de Cleveland, dans l’Ohio.

Trump veut taxer General Motors sur les voitures importées https://t.co/H6CHo0QmPXpic.twitter.com/DktxXSuPmr

— Le Point (@LePoint) 3 janvier 2017

Quoi qu’il en soit, le revirement de Ford constitue un vote de confiance à la politique protectionniste que Donald Trump s’est engagé à mener aux Etats-Unis.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La loi texane criminalisant l'entrée illégale sur le territoire de nouveau suspendue en cour d'appel

Trump obligé de vendre des biens pour payer une caution de 454 millions de dollars ?

États-Unis : Gaza s'invite dans la primaire démocrate du Michigan