EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Le premier tour de la primaire de la gauche en France

Le premier tour de la primaire de la gauche en France
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

A trois mois de la présidentielle, le coup d’envoi de la primaire de la gauche a été donné ce matin à 9h en France.

PUBLICITÉ

A trois mois de la présidentielle, le coup d’envoi de la primaire de la gauche a été donné ce matin à 9h en France.

Les électeurs doivent départager 7 candidats réunis sous la bannière du Parti Socialiste et de ses alliés.

Parmi eux, l’ancien premier ministre Manuel Valls, et les deux anciens membres du gouvernement Arnaud Montebourg et Benoît Hamon.

Ils sont en lice face à Vincent Peillon, ancien ministre lui aussi, les écologistes François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias, et la présidente des Radicaux de gauche Sylvia Pinel.

7530 bureaux de vote sont ouverts jusqu‘à 19h. Tout citoyen inscrit sur les listes électorales peut voter moyennant un euro.

Les votants devront également affirmer “se reconnaître dans les valeurs de la gauche et de la République” en signant la feuille d‘émargement.

#PrimairesCitoyennes : Aujourd'hui, c'est vous qui décidez! Les BVP sont ouverts de 9h à 19h, trouvez le vôtre ! ▶️ https://t.co/uek3VgUYRgpic.twitter.com/NNKXviitth

— Primaires citoyennes (@lesprimaires) 22 janvier 2017

Les deux candidats arrivant en tête ce soir s’affronteront lors du second tour dimanche prochain.

Le vainqueur sera investi par le Parti Socialiste pour le scrutin présidentiel (23 avril et 7 mai prochains).

D’autres candidats de la gauche ont choisi de ne pas participer à cette primaire : c’est le cas d’Emmanuel Macron, ancien ministre de l’Economie et des Finances ou de Jean_Luc Mélenchon.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : French Cancan devant le Moulin Rouge pour la flamme olympique

France : la canicule désormais considérée comme un motif de chômage technique

France : le puzzle des solutions possibles après l'impasse des législatives