EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Des aigles pour chasser les drones dans l'espace aérien français

Des aigles pour chasser les drones dans l'espace aérien français
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En France, l’armée de l’air dresse depuis plusieurs mois des aigles pour faire la chasse aux dones qui ont tendance à pulluler dans l’espace aérien.

PUBLICITÉ

En France, l’armée de l’air dresse depuis plusieurs mois des aigles pour faire la chasse aux dones qui ont tendance à pulluler dans l’espace aérien.

Ce sont plus exactement des aigles royaux qui ont été mis à contribution car ces oiseaux sont dotés d’une vue particulièrement développée et d’une puissance de vol hors pair (jusqu‘à 180 km/heure en piqué).

Utilisés jusqu‘à présent dans cinq bases aériennes pour éffaroucher les oiseaux près des pistes d’envols, ces rapaces géants ont donc été dressés pour mettre hors d‘état de nuire d‘éventuels drones malveillants.

Résultat : avec quelques mois d’avance quatre aigles sont désormais opérationnels.

Un aigle chasseur de drones de l'armée de l'air française en démonstration face à François Hollande https://t.co/FwJnJxtzn6

— Militaires'Actu (@MilitairesActu) 8 janvier 2017

Le dressage de ces aigles royaux n’en est pour l’instant qu’au stade de test. Ce n’est qu’en juin prochain que l’armée décidera ou non de poursuivre cette initiative qui présente de nombreux avantages en termes de coût/efficacité mais aussi des limites : les aigles ne peuvent s’attaquer qu‘à des drones de taille réduite (jusqu‘à 4 kg).

Pour les drones plus grands, plus rapides et plus dangereux encore, toute une palette d’options pour les neutraliser sont également en cours de développement.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : French Cancan devant le Moulin Rouge pour la flamme olympique

France : la canicule désormais considérée comme un motif de chômage technique

France : le puzzle des solutions possibles après l'impasse des législatives