L'AKP renonce aux meetings pro-Erdogan en Allemagne

L'AKP renonce aux meetings pro-Erdogan en Allemagne
Par Euronews avec Avec Agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Plus aucun responsable turc n’ira défendre en Allemagne le “oui” au référendum du 16 avril prévoyant un renforcement des pouvoirs du président turc.

PUBLICITÉ

Plus aucun responsable turc n’ira défendre en Allemagne le “oui” au référendum du 16 avril prévoyant un renforcement des pouvoirs du président turc. La représentation à l‘étranger du Parti de la justice et du développement (AKP), le parti au pouvoir à Ankara l’a annoncé ce mardi. Après des semaines de tension germano-turques sur cette campagne, toutes les manifestations prévues à l’avenir ont donc été annulées.

Les attaques du président turc, elles, continuent. Recep Tayyip Erdogan a appelé ses concitoyens à voter en faveur du renforcement de ses pouvoirs lors du référendum du 16 avril. Une riposte, a-t-il dit, à une Europe qu’il considère “anti-turque et anti-islamique”.

“Les pays de l’Union européenne ont une position plus dure et plus ferme concernant le référendum du 16 avril que nos propres partis d’opposition. L’Europe actuelle est l’Europe fasciste et cruelle de l‘ère de la Seconde Guerre mondiale. L’Europe d’aujourd’hui est l’Europe de l‘ère médiévale qui considère les Turcs et l’Islam comme ses ennemis”, a dit
Recep Tayyip Erdogan.

Ces propos, toujours aussi durs à l‘égard de l’Europe et notamment de l’Allemagne et des Pays-Bas, Erdogan les a déjà tenus à plusieurs reprises ces dernières semaines. Ils ont été une nouvelle fois dénoncés par le vice-président de la Commission européenne.

“Il existe une solidarité européenne. Les remarques faites à l‘égard des Allemands et des Hollandais par le président Erdogan sont inacceptables. Nous ne voulons pas être comparés aux nazis”, a insisté Frans Timmermans.

L’Europe et particulièrement l’Allemagne, accusent Ankara d’avoir “franchi une limite” en mentionnant le nazisme. Tout affrontement direct a cependant, pour l’heure, été évité, afin, notamment, d’empêcher le président turc de profiter de l’occasion pour mobiliser son électorat.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Meeting polémique du président turc en Bosnie

En Turquie, des élections municipales aux enjeux nationaux

Turquie : au moins vingt-deux migrants sont morts après le naufrage de leur embarcation