EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Washington veut armer des Kurdes en Syrie, au grand dam de la Turquie

Washington veut armer des Kurdes en Syrie, au grand dam de la Turquie
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Pentagone a choisi de soutenir la coalition arabo-kurde du FDS, les Forces démocratiques syriennes, dont les milices kurdes YPG sont le fer de lance.

PUBLICITÉ

Le Pentagone a choisi de soutenir la coalition arabo-kurde du FDS, les Forces démocratiques syriennes, dont les milices kurdes YPG sont le fer de lance.

L’objectif de l’administration Trump est de permettre au FDS de prendre le contrôle de Raqa, bastion de l‘État islamique.

Les #USA vont armer les forces #Kurdes#YPG#YPJ pour la bataille de #Raqqa, en #Syrie.#Daesh
À lire ici : https://t.co/Dr4BXqvps5pic.twitter.com/qxm1kC1xEH

— Kurdistan au féminin (@KurdistanAu) 9 mai 2017

“Nous sommes conscients de l’inquiétude de notre partenaire turc au sein de la coalition. Nous voulons rassurer le peuple et le gouvernement de Turquie, les États-Unis s’engagent à réduire les risques et à protéger notre allié de l’OTAN. Les États-Unis continuent à privilégier un soutien aux éléments arabes du FDS”, a tempéré hier, mardi 9 mai, le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer.

Le problème, c’est qu’Ankara considère la milice kurde YGP comme un ennemi dont elle bombarde les positions en Syrie. La Turquie n’en reste pas moins un pays membre de l’OTAN. Son président, Recep Tayyip Erdogan, est un allié stratégique que les États-Unis avaient, jusqu’ici, toujours évité de froisser.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Syrie : 20 combattants kurdes tués dans un nouveau raid de la Turquie

No Comment : Vladimir Poutine en visite en Corée du Nord

Recep Tayyip Erdoğan remercie Pedro Sánchez pour sa position sur Gaza