Législatives : la République en Marche a le vent en poupe

Législatives : la République en Marche a le vent en poupe
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

Dernier jour de campagne en France. Les électeurs se préparent à voter dimanche pour le premier tour des législatives, et selon les derniers sondages la République en Marche arrive en tête et pourrait remporter une large majorité, loin devant ses adversaires.

“Les Republicains devraient être probablement le plus grand parti de l’opposition, explique Bruno Cautrès, analyste politique à Sciences Po. Ils vont perdre des sièges évidemment, mais ce ne sera pas comme les socialistes. Pour les socialistes, cette élection sera un désastre absolu. Selon les sondages, ils pourraient obtenir 8 ou 9 % des votes, ce qui signifie très peu de sièges. Ils pourraient emporter 30 ou 40 sièges, ce qui veut dire 8 à 10 fois moins que maintenant.”

Logos manquants, couleurs ambiguës, slogans trompeurs : les affiches des législatives sèment la confusion https://t.co/mCf3i3dm5A

— Les Décodeurs (@decodeurs) 9 juin 2017

Le parti du président Macron pourrait obtenir 370 à 400 sièges. La majorité absolue se situant à 289, ce serait un résultat historique pour un parti qui n’a qu’un an.

Législatives: un sondage prévoit un record historique d’abstention au premier tourhttps://t.co/V4L9Wnlbkqpic.twitter.com/Ota9xgN8KU

— Le Soir (@lesoir) 8 juin 2017

CV mensongers, enquêtes judiciaires, sociétés off-shore: inventaire des candidats bras cassés enmarchefr</a> <a href="https://twitter.com/mediapart">mediaparthttps://t.co/CUs4smpIaV

— Edwy Plenel (@edwyplenel) 7 juin 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Hommage : Missak Manouchian et son épouse Mélinée reposent désormais au Panthéon

Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le salon de l'Agriculture

Loi immigration : les opposants demandent à Emmanuel Macron de ne pas promulguer la loi