PUBLICITÉ

Un scrutin symbolique contre les plans de Nicolas Maduro

Un scrutin symbolique contre les plans de Nicolas Maduro
Tous droits réservés 
Par Cyril Fourneris
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'opposition invitait les citoyens à s'opposer au projet de modification de la constitution.

PUBLICITÉ

Une consultation symbolique a été organisée ce dimanche par la coalition d’opposition vénézuélienne, la Table de l’unité démocratique (MUD).

Dans plusieurs milliers de bureaux de vote à travers le pays, les citoyens étaient invités à s’opposer au projet du président Nicolas Maduro de modification de la constitution et réclamer la tenue d‘élections anticipées.

Nous avons tous la certitude que les résultats seront positifs. Je vois que les gens sont sortis de chez eux très tôt pour voter. Je suis sûr que nous sortirons de la situation chaotique que nous traversons“, affirme Rosa Velasco, votante.

Nous allons montrer que nous sommes des millions à être opposés à l’assemblée constituante du gouvernement, et que nous allons aller de l’avant“, dit Merle Diaz, qui s’est également déplacée pour glisser son vote dans l’urne en carton.

#AHORA#Guarenas#EdoMiranda se volcó en pleno a los Puntos Soberanos para ratificar su convicción democrática #HoyElPuebloDecide#16Julpic.twitter.com/jq6kpHv6vT

— Unidad Venezuela (@unidadvenezuela) 16 juillet 2017

A Madrid, quelques 50 000 Vénézuéliens expatriés étaient attendus devant les urnes.

A una hora de culminar el proceso, participación muy por encima de la esperada #HoyElPuebloDecide#Madridpic.twitter.com/6AmjNAuVHk

— Kamal Romero (@kamromero) 16 juillet 2017

Le gouvernement chaviste ne reconnaît aucune valeur au scrutin, qui intervient à deux semaines de l‘élection d’une assemblée constituante. Selon l’opposition, une telle assemblée permettrait à Nicolas Maduro de contourner le Parlement, où elle est majoritaire.

Le Venezuela traverse une grave crise économique depuis la chute des cours du pétrole en 2014, ainsi qu’une vague de protestations qui a débuté le 1er avril. Elle a fait 95 morts et des centaines de blessés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Venezuela : reprise du contrôle d'une prison sous la coupe d'un gang

Nouvelle-Calédonie : les habitants craignent des pénuries

Le référendum sur la révocation de maires albanais au Kosovo a été boycotté