Jour de colère et de prière à Jérusalem

Jour de colère et de prière à Jérusalem
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Trois Palestiniens ont été tués lors de heurts dans divers quartiers de la ville sainte

PUBLICITÉ

Des échaufourées ont éclaté en plusieurs endroits de la ville sainte, comme ici, près du checkpoint Qalandia. La police israélienne a fait usage de bombes lacrymogènes pour disperser des fidèles musulmans qui s‘étaient rassemblés à l’appel de responsables religieux et de factions politiques palestiniennes.

A l’origine de la contestation, l’affaire des détecteurs de métaux. Ces équipements ont été installés aux entrées de l’Espanade des Mosquées après une attaque contre les forces de l’ordre israélienne il y a une semaine. Deux policiers avaient été tués.

Ce vendredi, trois Palestiniens ont été tués dans Jérusalem-Est et des centaines blessés après la prière du vendredi lors de heurts à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée, où un Palestinien a tué dans la soirée à coups de couteau trois Israéliens dans une colonie.

Micky Rosenfeld, porte-parole de la police israélienne, a précisé : “aujourd’hui, seuls les hommes de plus de 50 ans et les femmes de tous âges seront autorisés dans les alentours de la Vieille Ville et au Mont du Temple. Ces mesures de sécurité seront observées aussi longtemps que nécessaire.”

L’armée est en état d’alerte : cinq bataillons supplémentaires sont déployés en Cisjordanie occupée. En signe de protestation contre les mesures de sécuité, les fidèles ont décidé de ne plus aller prier sur l’Espanade des Mosquées. L’accès aux lieux saints de l’islam cristallise les tensions israélo-palestiniennes depuis des décennies.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Israël pose un ultimatum au Hamas pour la libération des otages

Voici les changements de paradigme dont Israël a besoin de toute urgence

"C'est fini" : Benjamin Netanyahu appelle les combattants du Hamas à se rendre