EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Les baleines seules contre le Japon : Sea Shepherd est impuissante

Les baleines seules contre le Japon : Sea Shepherd est impuissante
Tous droits réservés 
Par Joël Chatreau
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
PUBLICITÉ

Les baleines de l’océan Austral sont abandonnées à leur sort par la communauté internationale. La dernière organisation qui continuait vaille que vaille à essayer de les protéger est obligée de renoncer : Sea Shepherd se dit impuissante face à l’aide militaire dont bénéficient désormais les baleiniers japonais en Antarctique.

Le “vieux loup de mer” canadien Paul Watson, fondateur de l’ONG écologiste, a annoncé qu‘à son grand regret, l’organisation ne pourra pas conduire cette année – pour la première fois depuis 12 ans – sa campagne de défense des cétacés face aux chasseurs du Japon. Il affirme que la marine militaire nippone met maintenant des moyens sophistiqués au service des baleiniers, notamment “une surveillance pour suivre en temps réel par satellite les mouvements des bateaux de Sea Shepherd”.

.seashepherd</a>'s Captain Paul Watson joins <a href="https://twitter.com/hoskingonzb">hoskingonzb to talk about losing the arms race against Japanese govt https://t.co/8eDJoetQfSpic.twitter.com/gVBunnQmII

— Newstalk ZB (@NewstalkZB) August 28, 2017

Un détournement rusé du moratoire

“Nous ne pouvons lutter contre leur technologie de type militaire”, constate amèrement Paul Watson qui dénonce une chasse à la baleine “soutenue par une superpuissance économique mondiale”. Cela fait des années et des années que le Japon contourne habilement le moratoire établi par la Commission baleinière internationale en 1986 : il prétend mener ses campagnes de pêche pour des raisons scientifiques et non commerciales.

Sea Shepherd pulls plug on Japan whale hunt (PhysOrg) https://t.co/4U3AcPFrNdpic.twitter.com/S6PK9msqGs

— Maggie Romuld (@rivrchik) August 29, 2017

Pour 2014-2015, la Commission baleinière avait pourtant admis que l’exception nippone était un détournement. Il faut dire qu’elle avait dû se soumettre à un jugement de la Cour internationale de justice, elle-même saisie par l’Australie. Comme par hasard, les Japonais ont ensuite fait profil bas en proposant de ne chasser qu’un peu plus d’un tiers du nombre de baleines tuées précédemment – environ 330 contre 900 – et ils ont été entendus.

Pas de bataille navale cette année

Tokyo mène dans le même temps une guerre psychologique contre les écologistes de Sea Shepherd en les accusant d’utiliser des méthodes “terroristes”. De véritables batailles navales ont lieu presque chaque année sur l’océan Austral. Le bateau de Paul Watson n’a parfois pas hésité à foncer sur les baleiniers japonais; en retour, ces derniers lui ont balancé des grenades incapacitantes.

Sea Shepherd stopt met actievoeren tegen Japanse walvisvangst https://t.co/IcekXmXI86 via olijfoliekreta</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/kreta?src=hash">#kreta</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/olijfolie?src=hash">#olijfolie</a> <a href="https://t.co/fTifCbr4CY">pic.twitter.com/fTifCbr4CY</a></p>— Olijfolie Manolakis (olijfoliekreta) August 29, 2017

Les baleines, elles, se retrouvent dans le bruit et la fureur puis dans les assiettes au Japon, où elles restent un mets très raffiné. La communauté internationale ne lève toujours pas le petit doigt…

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Chypre : l'île est traversée par une vague de chaleur

Belgique : la pénurie de crevettes entraîne une hausse des prix

Le printemps avant l'heure sur les plages italiennes