EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Manifestation de soutien aux "deux Jordis" à Barcelone

Manifestation de soutien aux "deux Jordis" à Barcelone
Tous droits réservés 
Par Pierre Le Duff
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

200 000 personnes ont manifesté mardi soir à Barcelone, selon la police catalane, contre l’arrestation de deux leaders indépendantistes, accusés de sédition pour avoir empêché une perquisition policière

Jordi Sanchez et Jordi Cuixart – les “deux Jordis”, comme ils sont surnommés dans les médias espagnols – sont deux figures de l’indépendantisme catalan. Ils sont en prison depuis lundi soir près de Madrid, accusés d’avoir incité des manifestants. Une vidéo diffusée sur les médias espagnols les montrent au contraire en train les calmer.

jcuixart</a> i <a href="https://twitter.com/jordisanchezp?ref_src=twsrc%5Etfw">jordisanchezp només van demanar a la gent tornar a casa i dissoldre manifestació del 20S omnium</a> <a href="https://twitter.com/assemblea?ref_src=twsrc%5Etfw">assemblea#LlibertatJordispic.twitter.com/oubPafG4Xw

— Robert MartínezHereu (@ossetbru) 17 octobre 2017

_ jcuixart i jordisanchezp n’ont fait que demander aux gens de rentrer chez eux et que la manifestation du 20 septembre se disperse omnium assemblea #LlibertatJordis_

“Le gouvernement espagnol dit qu’ils ne sont pas des prisonniers politiques, donc ça ne peut pas être pour sédition, parce que la sédition ne s’applique qu’aux politiques, alors qu’ils les emprisonnent pour vandalisme, mais on n’a jamais mis personne en prison pour vandalisme. C’est tellement incohérent que je ne suis pas d’accord du tout”, dit une manifestante.

“Ce sont les premiers prisonniers politiques de 2017”, affirme une autre. “On croyait qu’il n’y aurait plus de prisonniers politiques, mais ils sont les premiers, espérons qu’il n’y en ait pas d’autres”, poursuit-elle.

La Cour constitutionnelle espagnole a définitivement annulé le référendum d’indépendance catalan, rappelant que la région n’avait pas droit à l’autodétermination.

Madrid a donné à Carles Puigdemont jusqu‘à jeudi pour dire clairement s’il a déclaré ou non l’indépendance.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Barcelone : 200 000 personnes dans la rue

Carles Puigdemont évite de clarifier sa position

L’intelligence artificielle à l’honneur au Mobile World Congress de Barcelone