EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Journal d'un dopage institutionnalisé

Journal d'un dopage institutionnalisé
Tous droits réservés 
Par Cecile Mathy avec afp
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les agendas commentés du "chimiste", Grigori Rodtchenkov, servent de base aux enquêteurs de la commission Oswald pour déterminer les cas de dopage. 22 athlètes russes ont été disqualifiés des JO de Sotchi et suspendus à vie.

Les agendas du "chimiste"

PUBLICITÉ

Les journaux, que s'est procuré le New York Times, sont signés de la main de Grigori Rodtchenkov, surnommé "le chimiste"... celui qui a révélé le scandale du dopage d'Etat en Russie, après sa fuite aux Etats-Unis.

Ces documents manuscrits datant de 2014 et 2015 font partie des pièces à conviction dont dispose la commission Oswald pour enquêter sur les cas de dopage des athlètes russes lors des Jeux Olympiques de Sotchi. 

C'est aussi sur cette base que le CIO devrait s'appuyer pour autoriser ou non la Russie à participer aux jeux Olympiques d'hiver de Pyeongchang en 2018, lors d'une réunion cruciale le 5 décembre prochain.

**Grigori Rodtchenkov est l'ancien patron du laboratoire antidopage de Moscou. **

Les autorités russes démentent toute institutionnalisation du dopage. 

Elles accusent, au contraire,** le "chimiste" d'avoir dopé personnellement les sportifs russes** et d'avoir "manipulé" les tests.

22 athlètes russes disqualifiés des Jeux de Sotchi

A ce jour, 22 athlètes russes ont été disqualifiés des Jeux d'hiver de Sotchi et suspendus à vie par le Comité International Olympique, notamment dans les équipes de bobsleigh ou de biathlon.

Depuis la première sanction tombée le 1er novembre, la Russie a perdu au total onze médailles, dont quatre en or, sur les 33 remportées cet hiver-là sur les bords de la mer Noire. 

Arrivé premier au tableau des médailles, le pays a du coup été dépassé par la Norvège.

Les médaillés olympiques russes des JO de Sotchi sanctionnés pour dopage ne rendront pas leurs médailles avant l'examen de leur appel, a annoncé mercredi le ministère russe des Sports.

  • "La Fédération russe de bobsleigh et la Fédération russe de ski de fond sont prêtes à faire appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS)"*, a déclaré le service de presse du ministère, cité par l'agence de presse Interfax, ajoutant que les sportifs déchus "n'ont pas l'intention de rendre leur médailles" avant cet appel.

  • "Le ministère des Sports va apporter tout le soutien nécessaire à tous les sportifs qui ont été disqualifiés sur décision du CIO"*, poursuit la même source.

Dopage d'Etat

A la suite de la sortie en 2016 du rapport McLaren, commandé par l'Agence mondiale antidopage (AMA) et révélant un système de dopage institutionnalisé en Russie, le CIO a lancé la commission Oswald pour enquêter sur les cas individuels, à partir de réanalyses des échantillons prélevés à Sotchi.

Outre un système impliquant entre 2011 et 2015 plusieurs rouages, comme le ministère des Sports, l'agence nationale antidopage Rusada et le laboratoire de Moscou, le rapport du juriste canadien Richard McLaren a mis au jour la **participation des services secrets FSB **pour falsifier les échantillons de Sotchi.

Avec AFP.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

JO : la Russie veut défiler derrière son drapeau

L'arbitre du sport a encore tranché : l'appel de 47 athlètes russes rejeté

Suspension à vie levée pour 28 sportifs russes