DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Enquête sur l'ingérence russe : l'étau se resserre

Vous lisez :

Enquête sur l'ingérence russe : l'étau se resserre

Enquête sur l'ingérence russe : l'étau se resserre
Taille du texte Aa Aa

L'étau se resserre, dans l'enquête sur les soupçons d'ingérence de Moscou dans la campagne présidentielle américaine.

Ce vendredi, Michael Flynn a été inculpé. L'ancien conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump a accepté de coopérer avec la justice, après avoir reconnu avoir menti au FBI au sujet de ses conversations avec l'ambassadeur de Russie, Sergueï Kisliak.

"Le général Flynn est un exemple de plus de l'ampleur des liens entre les hauts fonctionnaires impliqués dans les efforts de Trump pour se rapprocher des Russes", affirme le sénateur démocrate Mark Warner. "Combien d'autres personnes devront être traduites en justice en raison de leurs relations avec la Russie avant qu'on ne finisse par établir le lien entre elles ?"

Michael Flynn dit avoir agi sur ordre d'un "très haut responsable" de l'équipe présidentielle, qui ne serait autre que Jared Kushner, le gendre du Président américain, selon le Washington Post.

"Habituellement, les procureurs sont très précis dans leurs formulations", assure Miriam Baer, professeure de droit à la faculté de Droit de Brooklyn. "Donc, si dans un paragraphe de l'acte d'accusation, ils font référence à un" très haut responsable", et dans un autre à un" haut fonctionnaire ", cela suggère qu'ils visent plusieurs personnes".

Si le procureur spécial Robert Mueller réussit à démontrer une collusion avec la Russie, l'hypothèse d'une procédure de destitution visant le Président Donald Trump ne serait plus à exclure.