DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Qatar fait le plein d'armement

Vous lisez:

Le Qatar fait le plein d'armement

Le Qatar fait le plein d'armement
Taille du texte Aa Aa

Le Qatar paiera huit milliards de dollars (6,8 milliards d'euros) pour l'achat de 24 avions de chasse Typhoon britanniques, a-t-il indiqué dimanche lors de la signature finale de ce contrat à Doha par les ministres de la Défense des deux pays.

Le Qatar, qui est actuellement isolé par l'Arabie saoudite et ses alliés, avait annoncé en septembre un accord avec la Grande-Bretagne pour l'achat de ces 24 avions de chasse, un des plus gros contrats de défense signé par l'émirat depuis le début de la crise du Golfe le 5 juin. Il n'avait jusqu'alors pas précisé le montant de la transaction.

Selon le ministre de la Défense britannique, Gavin Williamson, il s'agit de la plus grosse commande d'avions de chasse Typhoon depuis une décennie.

"Ces formidables avions vont renforcer les moyens militaires du Qatar pour faire face aux défis que nous partageons au Moyen-Orient", a-t-il déclaré lors de la signature avec son homologue qatari Khalid ben Mohamed al-Atiya.

Les deux ministres ont également signé un accord sur la mise en place d'un escadron aérien conjoint pour garantir la sécurité lors de la Coupe du monde 2022 de football organisée dans l'émirat gazier, selon un communiqué de l'armée qatarie.

L'émirat a par ailleurs exprimé son intention d'acheter d'autres équipements militaires auprès de la Grande-Bretagne, des contrats bienvenus pour ce pays négociant actuellement une sortie de l'Union européenne avec une facture estimée à des dizaines de milliards d'euros.

Le 7 décembre, Doha avait signé un contrat pour l'achat de 12 avions de chasse Rafale français lors d'une visite du président Emmanuel Macron.

Le 5 juin, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont coupé toutes leurs relations diplomatiques ainsi que leurs liaisons aériennes avec le Qatar en l'accusant de soutenir des mouvements extrémistes et de se rapprocher de l'Iran, grand rival régional de Ryad. Doha nie soutenir des mouvements extrémistes.

AFP