PUBLICITÉ

Les Européens à faibles revenus mènent une lutte acharnée contre le coût du logement

Une femme se tient dans une rue à côté d'une tente de sans-abri, à Paris, France, mardi 21 décembre 2021.
Une femme se tient dans une rue à côté d'une tente de sans-abri, à Paris, France, mardi 21 décembre 2021. Tous droits réservés Francois Mori/Copyright 2021 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Francois Mori/Copyright 2021 The AP. All rights reserved
Par Doloresz Katanich
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les études de la BCE montrent que plus d'un quart des ménages à faibles revenus s'attendent à des retards de paiement sur leurs prêts hypothécaires dans les mois à venir.

PUBLICITÉ

Selon une étude de la Banque centrale européenne (BCE), un nombre croissant d'Européens à faibles revenus s'attendent à être en retard dans le paiement de factures importantes au cours des prochains mois en raison de la hausse des taux d'intérêt, des loyers et des coûts des services publics.

"La capacité des ménages à faire face aux coûts liés au logement et aux remboursements hypothécaires est une source de préoccupation, en particulier pour les ménages à faible revenu", écrivent les chercheurs dans un article du bulletin économique de la BCE qui donne un aperçu de la "charge de logement des ménages" dans les onze plus grandes économies de la zone euro.

Depuis que la BCE a commencé à relever les taux d'intérêt en juillet 2022, le coût global du logement a augmenté de 6 % pour les propriétaires, mais de 12 % et 9 % pour les emprunteurs et les locataires respectivement, révèle le rapport d'Omiros Kouvavas et de Desislava Rusinova.

En janvier 2024, les ménages payaient en moyenne 765 euros par mois pour l'ensemble des coûts liés au logement, y compris les services publics (tels que le gaz, l'électricité et l'eau), l'entretien de la maison et les coûts de location ou d'hypothèque, selon le rapport.

Les frais de logement représentent environ 40 % du revenu des locataires, 35 % de celui des emprunteurs hypothécaires et 20 % de celui des propriétaires. Par ailleurs, les personnes aux revenus les plus faibles qui doivent louer leur logement sont confrontées à des frais représentant environ la moitié de leur salaire mensuel.

Les personnes ayant contracté un emprunt hypothécaire rencontrent le plus de difficultés

Parmi les trois catégories principales, ce sont les emprunteurs hypothécaires qui doivent faire face aux coûts les plus élevés, en raison de la hausse des taux d'intérêt, avec un paiement mensuel moyen de plus de 1 100 euros.

Les hausses de taux d'intérêt ont également laissé leur empreinte sur le marché de la location. L'augmentation des coûts d'emprunt a freiné les nouveaux investissements, tandis que le marché de la location, qui était déjà confronté à une pénurie de logements disponibles, a vu ses prix augmenter en conséquence.

Selon la BCE, les locataires paient plus de 800 euros en moyenne dans les 11 pays étudiés, tandis que les propriétaires se rapprochent d'un coût de 500 euros par mois, principalement en raison de l'augmentation des coûts d'entretien des logements. Les coûts des services publics ont récemment diminué.

Sur les 11 pays étudiés, c'est en Irlande que les coûts de logement semblent les plus élevés, environ 900 euros par mois hors hypothèque, mais plus de 1 200 euros si l'on inclut le paiement de l'hypothèque.

Les factures de logement sont les deuxième et troisième plus élevées en Allemagne et en Autriche, où elles s'élèvent à environ 750 euros (900 euros avec les hypothèques). Les Grecs et les Portugais ont les frais de logement les plus bas des 11 pays.

Lorsque les frais de logement sont examinés en proportion des revenus d'un ménage, l'Autriche apparaît comme le pays le plus cher, avec 29 % (33 % si les hypothèques sont incluses dans les calculs) des revenus consacrés à ces frais.

Comment le risque de retard de paiement augmente-t-il ?

L'augmentation des revenus des ménages a largement compensé la hausse des coûts du logement au cours des dernières années, bien qu'il y ait toujours eu quelques ménages à faibles revenus (entre 5 % et 10 % des 50 % les moins bien rémunérés) qui ont été en retard dans leurs paiements au cours des mois précédents. Cependant, l'indice prospectif de la BCE suggère maintenant que leurs attentes pour les mois à venir se sont détériorées.

Late payment over time
Late payment over timeECB/Euronews

"La proportion de ménages s'attendant à effectuer un paiement en retard au cours des trois prochains mois a considérablement augmenté parmi les ménages à faible revenu", indique le rapport.

La proportion des ménages à faible revenu qui s'attendent à être en retard dans le paiement des charges ou du loyer au cours des trois prochains mois est passée de 15 % à plus de 20 % et a presque doublé pour atteindre 30 % en ce qui concerne les retards de paiement des prêts hypothécaires.

Alors que l'inflation diminue dans la zone euro, on s'attend à ce que la BCE commence à réduire son taux d'intérêt historiquement élevé en juin, ce qui soulagera quelque peu le marché immobilier en permettant aux investissements d'augmenter et d'apporter une plus grande sélection de propriétés, permettant ainsi aux coûts des prêts hypothécaires et des loyers de diminuer à terme.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Luxembourg : des législatives sur fond de crise du logement

Crise du logement : Andorre en a assez des étrangers fortunés

Des Berlinois souhaitent lancer un référendum sur le logement