EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Jérusalem capitale : des soutiens isolés

Jérusalem capitale : des soutiens isolés
Tous droits réservés REUTERS/Amr Alfiky
Tous droits réservés REUTERS/Amr Alfiky
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

La condamnation de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël par Washington a été votée par l'assemblée générale des Nations Unies à une très large majorité. Cette décision a été accueillie avec soulagement dans le camp palestinien. Mais le gouvernement israélien rejette en bloc la résolution de la communauté internationale.

"C'est un jour en faveur de la paix", déclare Saeb Erekat, négociateur en chef de l'autorité palestinienne, "un jour où la communauté internationale a déclaré que la solution des deux États basés sur la ligne de 1967 est réalisable, l'État de Palestine qui aurait Jérusalem-Est pour capitale, existant à côté de l'État d'Israël dans la paix et la sécurité, respectant la ligne de 1967."

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a vertement critiqué l'ONU, qu'il a qualifié de "maison des mensonges".

"Israël rejette cette résolution grotesque", soutient Benyamin Netanyahou. "Jérusalem est notre capitale. Elle l'a toujours été et le sera toujours. Mais je me réjouis du fait que de plus en plus de pays refusent de se prêter à ce jeu absurde. Nous leur en sommes reconnaissants, et je veux remercier particulièrement, encore une fois, le Président Trump et l'ambassadrice Nikki Haley pour leur soutien sans failles apporté à Israël et à la vérité".

Le Hamas a salué une "victoire pour les droits des Palestiniens", à la suite du vote de cette résolution.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'ONU demande la libération de ses 11 employés arrêtés par les rebelles houthis

ONU : débats animés autour des lancements de satellites et de missiles de la Corée du Nord

La loi d'amnistie en Espagne : "cela signifie un pardon total pour les crimes"