Afrique du Sud : au Cap, la ruée vers l'eau

Afrique du Sud : au Cap, la ruée vers l'eau
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une sécheresse record pourrait mettre la deuxième ville du pays face à une pénurie d'eau d'ici le mois de mai.

PUBLICITÉ

Les responsables de la mégapole sud-africaine du Cap ont mis en garde lundi la population contre les risques sanitaires croissants causés par la raréfaction de l'eau potable, qui pourrait entrainer une coupure des robinets pour cause de sécheresse.

Lors d'une conférence de presse, les autorités sanitaires ont signalé l'apparition d'une épidémie de listériose et une forte hausse des cas de typhoïde dans la ville, exhortant ses 4 millions d'habitants à respecter les mesures élémentaires d'hygiène.

"C'est la saison où les bactéries se propagent", a déclaré la responsable des affaires sanitaires du Cap, Virginia De Azevedo.

"Nous parlons là de contamination fécale de l'eau, de la nourriture et des mains (...), nous sommes en alerte maximale dans tous les centres de santé", a-t-elle ajouté, "vous pouvez vous laver les mains sans gaspiller l'eau".

Le Cap, deuxième ville d'Afrique du Sud, est frappée par sa pire sécheresse depuis un siècle. Les réserves d'eau sont au plus bas, au point que les robinets pourraient être à secs à compter du 16 avril, baptisé le "Jour zéro".

Les habitants de l'agglomération ont été invités à n'utiliser que 50 litres d'eau par personne et par jour, l'équivalent d'une douche quotidienne de trois minutes, pour retarder l'échéance.

Si le "Jour zéro" se produit, les Captoniens devront se ravitailler à 200 points de collecte d'eau, où ils recevront un maximum de 25 litres par jour et par personne.

Les autorités sanitaires leur ont également conseillé lundi de ne pas tenter de purifier eux-mêmes les eaux troubles ou de s'approvisionner dans des sources naturelles sans faire bouillir l'eau avant de la consommer.

"Le public doit s'informer des endroits où la consommation de l'eau de source est sans danger", a insisté Mme De Azevedo.

"Nous sommes conscients que le choléra et la typhoïde constituent de très graves menaces", a-t-elle conclu.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le printemps avant l'heure sur les plages italiennes

2023, l'année la plus chaude jamais enregistrée dans le monde

No Comment : des militants aspergent de peinture un arbre de Noël Gucci à Milan