DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un Japonais, premier cas de dopage aux JO

Vous lisez:

Un Japonais, premier cas de dopage aux JO

Un Japonais, premier cas de dopage aux JO
Taille du texte Aa Aa

Stupeur dans le camp japonais aux JO de Pyongchyang.

Le patineur de vitesse Kei Saito, spécialiste du short-track, a été contrôlé positif durant un test hors compétition.

En cause : la présence d'acétalozamide, un diurétique considéré comme masquant.

L'athlète a aussitôt fait part de sa surprise et clame son innocence.

"Je certifie que Kei Saito n'a jamais utilisé d'anabolisants et qu'il n'a jamais pensé à perdre du poids en utilisant un diurétique. Il n'y a aucun intérêt ou motivation à prendre cette substance. C'est ce qu'il dit ." souligne Yasuo Saito, chef de mission de la délégation japonaise et vice-président du Comité national olympique japonais.

Le patineur dit vouloir se battre pour prouver sa bonne foi. Il a cependant accepté d'être "provisoirement suspendu" et a quitté le village olympique.

"Je suis surpris et consterné, c'est tout ce que je peux dire à ce sujet. Kei Saito a montré son talent à un jeune âge et quand il était en compétition dans la ligue junior, on lui a tout app ris sur la lutte contre le dopage. Kei Saito a été sensibilisé au dopage, alors je ne comprends pas comment ses échantillons peuvent être positifs" souligne Tsutomu Kawaski, l'entraîneur japonais de short-track.

Le cas du Japonais Kei Saito, premier contrôle positif des JO de Pyeongchang ramène l'ombre du dopage sur des Jeux qui peinent déjà à s'extirper du dossier russe.

"Aucun des résultats enregistrés pendant les Jeux n'a été affecté", tient à préciser le Tribunal arbitral du sport qui traite directement les affaires de dopage éclatant durant les Jeux Olympiques.

avec AFP