DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le tueur du lycée de Parkland est en prison

Vous lisez:

Le tueur du lycée de Parkland est en prison

Le tueur du lycée de Parkland est en prison
Taille du texte Aa Aa

Nikolas Cruz a été accompagné en prison, inculpé de 17 meurtres avec préméditation. Ce mercredi, jour de la Saint-Valentin, cet ado de 19 ans a semé la terreur dans le lycée de Parkland en Floride, dont il a été l'élève avant d'être renvoyé.

Équipe d'un masque à gaz, il a ouvert le feu devant puis dans l'établissement après avoir activé l'alarme incendie, faisant 17 morts et des dizaines de blessés. Trois personnes sont dans un état critique.

Le suspect a été arrêté près du lycée avec un fusil semi-automatique AR-15 et de nombreuses munitions.

"Nous ferons tout notre possible, le FBI et nous-mêmes, pour que cette personne soit condamnée. Et je vais beaucoup m'impliquer dans ce que le pays peut réaliser pour éviter que ces tragédies se reproduisent", a assuré le shérif du Conté de Broward devant la presse.

De nombreuses images, parfois terrifiantes, ont été partagées sur les réseaux sociaux. Elles montrent des élèves paniqués, du sang, et donnent à entendre de nombreux coups de feu. D'autres montrent des élèves reclus dans des salles de classe, terrorisés à l'arrivée de la police.

Nikolas Cruz est décrit par ses anciens camarades de classe comme un ado à problèmes, solitaire et obsédé par les armes. Il avait été renvoyé du lycée après avoir menacé des étudiants. Certains blaguaient sur le fait qu'il finirait par ouvrir le feu dans l'école.

Nikolas Cruz avait posé des messages alarmants sur les réseaux sociaux. Son compte Instagram, il faisait exhibait des armes à feu et des couteaux.

La mère du suspect est décédée en novembre dernier. Depuis, il vivait chez un couple d'amis de la famille, travaillait dans une boutique et suivait des cours dans un établissement pour adultes.

On a appris jeudi soir que le jeune homme avait a milité dans un groupe de nationalistes blancs, d'après le chef d'une milice, qui assure que Nikolas Cruz avait participé à des entraînements paramilitaires.

Le drame ravive pour la énième fois le débat sur le port d'armes à feu aux Etats-Unis. Il s'agit de la dix-huitième fusillade dans une école, depuis le début de l'année dans le pays. Il y en a eu près de 300 en cinq ans d'après "Moms Demand Action For Gun Sense In America".

Donald Trump a pourtant soigneusement éviter d'évoquer la législation sur les armes, pour se concentrer sur le profil psychologique du tueur.