Combats entre soldats turcs et pro-syriens dans l'enclave d'Afrine

Archives combats enclave Afrine, en Syrie.
Archives combats enclave Afrine, en Syrie.
Par Joël Chatreau
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'enclave syrienne d'Afrine est devenue un enjeu important : l'armée turque veut absolument s'en emparer, mais des forces pro-régime syrien viennent à la rescousse des miliciens kurdes YPG qui résistent à l'offensive.

PUBLICITÉ

Le conflit prend des proportions plus inquiétantes à Afrine. Des centaines de soldats pro-régime syrien sont entrés ce mardi dans l'enclave, située dans le nord-ouest de la Syrie. L'armée turque, qui mène depuis plus d'un mois une grande offensive pour déloger les miliciens kurdes contrôlant cette enclave, n'a pas laissé faire. Son artillerie a aussitôt bombardé les forces pro-syriennes en train de se déployer.

L'agence de presse officielle syrienne SANA a précisé que les forces pro-Damas allaient participer "à la résistance contre l'agression turque". La télévision d’État a montré des images de l'arrivée de ces troupes. Le commandement kurde des Unités de protection du peuple (YPG), considérées comme "terroristes" par Ankara, a indiqué que les forces syriennes devaient prendre position sur la frontière afin de "participer à la défense de l'unité territoriale de la Syrie".

Détermination du président turc

Le pouvoir turc ne compte pourtant pas en rester là. Devant le Parlement mardi, le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé que le siège du centre de la ville d'Afrine va débuter rapidement. L'offensive, baptisée paradoxalement "Rameau d'olivier", a déjà fait plus de 400 morts parmi les soldats, environ la moitié dans chaque camp; ce bilan provisoire est donné par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, qui fait aussi état d'une centaine de tués parmi les civils.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Turquie menace les soutiens des YPG à Afrine

La bataille militaire et politique d’Afrine

Le chef présumé de l'Etat islamique "neutralisé" en Syrie, selon Erdogan