DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sept journalistes tués en Europe depuis début 2017

Vous lisez :

Sept journalistes tués en Europe depuis début 2017

Sept journalistes tués en Europe depuis début 2017
Taille du texte Aa Aa

Au cours de ces deux dernières années, sept journalistes ont été assassinés en Europe. Ils ont perdu la vie car leur travail a exposé ou était sur le point d’exposer des pratiques peu scrupuleuses ou des personnes peu recommandables.

Viktoria Marinova

Le corps de Viktoria Marinova, 30 ans, a été découvert le 6 octobre 2018 dans un parc de Ruse, au nord de la Bulgarie. Cette jeune journaliste, mère d'un enfant, a été sauvagement agressée, violée, frappée à la tête et étranglée. Elle travaillait pour TVN une chaîne de télévision locale, et s'était récemment intéressée à des dossiers de corruption. L'enquête examine toutes les pistes, personnelle et professionnelle.

Ján Kuciak

Ján Kuciak avait 27 ans. Il a réalisé de nombreux reportages sur la corruption et l'évasion fiscale dans son pays, La Slovaquie. Ján et sa petite amie ont été abattus à leur domicile à Velka Maca, près de Bratislava, le 25 février 2018. Selon la police, ce crime est "très probablement lié" à son activité de journaliste. Jan Kuciak travaillait pour le site aktuality.sk.

La Slovaquie, peu habituée à ce type de violence, a été profondément choquée. Le Premier ministre slovaque Robert Fico, qui par le passé avait critiqué violemment les médias, a assuré ce mardi "que la protection de la liberté d'expression et la sécurité des journalistes est une priorité" pour son gouvernement.

Daphne Caruana Galizia

Daphne Caruana Galizia avait 53 ans lorsqu'elle est morte. Elle avait fait de nombreux reportages portant sur la corruption et le blanchiment d'argent ayant cours à Malte, son pays. Elle a également publié de nombreux articles basés sur les Panama Papers.

Elle a été tuée par l’explosion d’une charge télécommandée placée dans sa voiture. Elle a perdu la vie devant son domicile, dans cette exécution digne des méthode de la Mafia, le 16 octobre 2017. Une dizaine de personnes ont été arrêtées par la police maltaise dans le cadre de cette affaire.

Trois suspects, Vince Muscat, ainsi que les frères Alfred et George Degiorgio, ont été accusés du meurtre de la journaliste en décembre dernier lors d'un premier procès. Tous trois ont plaidé non coupable.

Kim Wall

Le meurtre de Kim Wall ne porte pas la trace d’une organisation criminelle ou de quelques mafias que ce soit. La journaliste suédoise n’a pas été également tuée pour des raisons politiques. La jeune femme de 30 ans est en effet disparue le 10 août 2017, alors qu’elle était en train de faire un reportage sur un sous-marin, à bord duquel elle se trouvait en compagnie de l’inventeur de l’engin, le danois Peter Madsen.

Son corps a été retrouvé en mer, mutilé, presque 12 jours plus tard. Peter Madsen a été formellement accusé du meurtre de Kim Wall. Il devrait être jugé en avril.

Dmitri Popkov

Courtesy: Yulia Mullabayeva/Ton-M

Dmitri Popkov avait 42 ans lorsqu'il a été tué. Il publiait régulièrement des articles, pour le compte du journal Ton-M pour lequel il collaborait, sur la corruption et l'abus de pouvoir en Russie. Il a été abattu de cinq balles le 24 mai 2017. Son corps a été retrouvé dans son jardin à Minusinsk, en Sibérie. Les autorités ont ouvert une enquête sur sa mort qui n’a pour le moment pas portée ses fruits.

Saeed Karimian

Saeed Karimain (Facebook Gem Group)

Saeed Karimian, propriétaire d’une chaîne de télévision en langue persane, a été tué par balle le 29 avril 2017 à Istanbul. Ce Britannique de 45 ans, considéré comme un opposant au régime iranien, a été abattu avec l’un de ses associés, un Koweïtien, par des hommes cagoulés qui ont tiré sur la voiture dans laquelle les deux hommes se trouvaient.

Son entreprise GEM TV, basée à Dubaï, propose des émissions occidentales, traduites en farsi. Saeed Karimian avait été condamné par contumace par Téhéran pour "propagande contre l'Iran". La police turque a ouvert une enquête pour tenter de résoudre ce double assassinat.

Nikolai Andrushchenko

Courtesy: Denis Usov/Novy Peterburg

Nicolai Andrushchenko est mort le 19 avril 2017 en Russie, à l'âge de 73 ans, six semaines après avoir été sauvagement frappé par un groupe d'inconnus. La police de Saint-Pétersbourg, qui a ouvert une enquête, n’a pas été en mesure d’identifier le moindre de ses agresseurs.

Nicolai Andrushchenko était l'un des fondateurs du journal Novy Petersburg. Il était spécialisé dans la criminalité et les droits de l'homme.