PUBLICITÉ

La Vénus de Willendorf censurée par Facebook

La Vénus de Willendorf censurée par Facebook
Tous droits réservés 
Par Vincent Coste
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

"La représentation préhistorique de femme la plus populaire et la plus connue au monde" a été jugée comme "pornographique" par Facebook. Le réseau social a par la suite présenté ses excuses.

PUBLICITÉ

Couvrez ce sein, que je ne saurais voir”... L’algorithme pudibond de Facebook a encore frappé. Après L'Origine du monde de Gustave Courbet, c'est la célèbre Vénus de Willendorf, une statuette datant du Paléolithique supérieur représentant une figure féminine nue et callipyge, qui a été censurée par Facebook. Le réseau social a en effet considéré que la Vénus, veille de pratiquement 30 000 ans, était une "image pornographique dangereuse".

L'année dernière, Laura Ghianda, une Italienne se définissant comme "artiviste", avait tenté de poster un message illustré par la statuette découverte en 1908 en Autriche, conservée et exposée, depuis, au Museum d’histoire naturelle (NHM) de Vienne. Cette tentative avait été infructueuse. Sans aucune explication, la Vénus n'avait pu être publiée sur Facebook.

Si la jeune femme a pu, par la suite, posté un autre message comportant une représentation de la figurine de 11 cm, le Museum d’histoire naturelle de Vienne a vivement réagi après la publication d'un article de la revue spécialisée Art Newspaper. 

Le musée viennois a en effet estimé "qu'un objet archéologique, et tout particulièrement une icône de ce type, ne doit pas être interdit sur Facebook, pas plus qu'aucune autre oeuvre d'art".

Son directeur, Christian Köberl, a indiqué : "Il n'y a aucune raison pour que le NHM de Vienne couvre la Vénus de Willendorf (...) et cache sa nudité, que ce soit au musée ou sur les réseaux sociaux". Il a ajouté n'avoir "jamais entendu parler de quelqu'un qui aurait été heurté à la vue de cette oeuvre".

Ce jeudi, une porte-parole de Facebook a présenté les excuses de l'entreprise américaine. "Nous nous excusons pour cette erreur et avons indiqué à l’annonceur que nous approuvons son annonce" a-t-elle ainsi déclaré en précisant que la politique de la compagnie "en matière de publicité ne permet pas la nudité ou la nudité suggérée . Mais nous faisons une exception pour les statues, et à ce titre cette annonce aurait dû être approuvée".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ouverture du musée Banksy à New York

No Comment : se prendre pour un membre d'ABBA à l'occasion de l'Eurovision

Allemagne : un musée dédié aux plats les plus dégoûtants du monde