PUBLICITÉ

Indécision et coalitions en Italie

Indécision et coalitions en Italie
Tous droits réservés REUTERS/Tony Gentile
Tous droits réservés REUTERS/Tony Gentile
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

C'est un scrutin à plusieurs inconnues qui doit se tenir lors des élections générales de ce dimanche.

PUBLICITÉ

C'est un scrutin à plusieurs inconnues qui doit se tenir ce dimanche en Italie.

Les formations politiques ont lancé leurs derniers arguments, lors des meetings venus clôturer ces deux mois de campagne.

Sur 50 millions d'électeurs appelés aux urnes, près de huit millions seraient encore indécis.

Le mouvement Cinq étoiles compte capitaliser sur son discours populiste, présenté comme une rupture avec les partis classiques.

"Nous sommes ceux, qui envers et contre tout, pouvons y arriver", a déclaré Luigi di Maio, dirigeant du Mouvement Cinq Étoiles. "Et malgré tout, cette fois peut être la bonne. Si chacun d'entre nous participe, et donne sa voix, alors nous allons changer l'Italie".

Le mouvement Cinq étoiles fait cavalier seul, mais les autres partis ont dû se ranger à une logique de coalition, en raison de la nouvelle loi électorale. La coalition de droite, donnée favorite, réunit 4 formations, de l'extrême-droite avec la Ligue du Nord, jusqu'aux Centristes, en passant par Forza Italia et les nostalgiques du fascisme.

"Je respecte chacun, mais une religion qui estime qu'une femme dispose de moins de droits qu'un homme, je n'en veux pas en Italie", a lancé Matteo Salvini, dirigeant de la Ligue du Nord. "Des mosquées qui prêchent la haine, je n'en veux pas en Italie".

À gauche, le Parti Démocrate n'a cessé de s'enliser dans les sondages, desservi par l'image de son dirigeant Matteo Renzi. Un parti qui semble bien mal en point pour réaliser une percée dans un paysage politique aussi divisé.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les Italiens aux urnes