DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un enfer "planifié" en Syrie selon l'ONU

Vous lisez:

Un enfer "planifié" en Syrie selon l'ONU

Un enfer "planifié" en Syrie selon l'ONU
@ Copyright :
REUTERS/Bassam Khabieh
Taille du texte Aa Aa

Le conflit syrien entre dans une nouvelle phase d'horreur, selon les Nations Unies.

Ce mercredi, le haut commissaire aux Droits de l'Homme a accusé le régime de Bachar-al Assad de "planifier l'apocalypse" dans son pays, au lendemain de l'envoi de renforts loyalistes dans la Ghouta orientale.

Plus de 800 civils auraient été tués dans les bombardements, en l'espace de deux semaines dans le fief rebelle, selon l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme.

"Les récentes tentatives de justifier des attaques aveugles et brutales contre des centaines de milliers de civils par la nécessité de combattre quelques centaines de combattants, comme dans la Ghouta orientale, sont, aussi bien du point de vue moral que juridique, insoutenables", a déclaré Zeid Ra’ad al-Hussein, haut commissaire aux Droits de l'Homme aux Nations Unis . "Quand vous êtes prêt à tuer votre propre peuple aussi facilement, il est tout aussi facile de mentir. Les allégations du gouvernement syrien selon lesquelles il prendrait toutes les mesures pour protéger sa population civile sont franchement ridicules".

Les autorités birmanes sont aussi dans le viseur de l'ONU, qui compte mettre en place une équipe d'enquêteurs pour réunir des éléments sur les exactions visant les Rohingyas. Des preuves qui pourraient être utilisées devant les tribunaux internationaux.

"Mon bureau soupçonne fortement que des actes de génocide aient pu avoir lieu dans l'Etat Rakhine depuis le mois d'août", poursuit-il. "Je ne suis donc pas surpris par les rapports indiquant que des villages rohingyas qui ont été attaqués ces dernières années et les fosses communes présumées sont en train d'être rasés au bulldozer. Cela semble être une tentative délibérée des autorités de détruire les preuves possibles de crimes internationaux".

Le haut commissaire aux Droits de l'Homme s'est également inquiété de "l'érosion démocratique au Venezuela", et des conditions dans lesquelles se tiendra l'élection présidentielle en mai prochain. Des crimes contre l'humanité ont pu être perpétrés dans le pays, selon lui.