DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Îles Canaries défient l'Europe de supprimer la "taxe tampon"

Vous lisez:

Les Îles Canaries défient l'Europe de supprimer la "taxe tampon"

Des tampons hygiéniques sont rangés dans une corbeille
Taille du texte Aa Aa

La ministre des finances des Îles Canaries a lancé un appel à l'ensemble de l'Union européenne pour supprimer la TVA (taxe sur la valeur ajoutée ou Impôt Général Indirect des Canaries (IGIC) dans ce territoire) sur les produits d'hygiène féminine. L'archipel est, en effet, devenu le premier territoire de l'Union, et du monde entier, à n'imposer, sur décision du gouvernement, aucune taxe sur ces produits depuis le 1er janvier dernier.

Dans une interview accordée à Euronews ce mercredi, Rosa Davila explique : "Nous avons compris que ces produits sont des produits à usage quotidien et à usage normal pour les femmes. Il était donc nécessaire d'adopter cette mesure." Elle ajoute : "Les femmes des Îles Canaries ne vont probablement pas voir les économies qu'elles vont faire, mais au total ce sont près de 20 millions d'euros d'avantges fiscaux qui vont leur revenir."

Rosa Dávila, Ministre des finances des îles Canaries,

Les règles générales qui guident la TVA sur les biens et services sont posées par la Commission européenne à Bruxelles et les 28 Etats membre doivent y adhérer. Mais les gouvernements sont libres de proposer des taxes réduites sur certains produits reconnus, dont les protections hygiéniques.

Malgré cette liberté de choix, de nombreux Etats membres ont appliqué des taux réduits sur certains biens dits de première nécessité comme la nourriture. Les protections hygièniques se retrouvent plus souvent dans les catégories de produits auxquels sont appliqués la taxe standard maximum dont le taux varie de 17% à 27% selon les pays.

Les exceptions sont à chercher du côté de l'Angleterre, de Chypre ou encore de la France et de la Belgique qui appliquent une TVA réduite de 5% ou 5,5% sur les produits d'hygiène féminine au lieu des 21%, 20% ou 19% de TVA standard.

Pour Rosa Davila, qui a deux filles, le choix de supprimer cet impôt "possède une charge symbolique importante". Elle espère que cette décision des Îles Canaries de supprimer la "taxe tampon" incitera d'autres gouvernements de l'Union et la Commission européenne "à accorder une attention particulière aux femmes européennes" quand ils se repencheront sur les taux de TVA.