DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Affaire Skripal : les réactions européennes

Vous lisez:

Affaire Skripal : les réactions européennes

Affaire Skripal : les réactions européennes
Taille du texte Aa Aa

L'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille sera à l'ordre du jour du sommet de l'Union européenne la semaine prochaine. Le président du Conseil européen l'a annoncé, tout en exprimant sa solidarité avec Londres. Donald Tusk en a profité pour appeler les Etats-Unis à faire bloc avec l'Europe.

"A une époque où certains diffusent des fake news depuis l'extérieur, font de l'ingérence dans nos élections et attaquent des personnes sur le notre sol en ayant recours à un agent innervant, la réponse ne doit pas être la chamaillerie transatlantique mais l'unité transatlantique", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse depuis la Finlande.

Un point de vue partagé par l'eurodéputé conservateur britannique Ashley Fox, qui va même plus loin dans la rhétorique anti-russe.

"Cette attitude s'inscrit dans une schéma : l'annexion de la Crimée, les cyberattaques en Estonie et maintenant des armes chimiques utilisées à Salisbury, qui se trouve dans ma circonscription, a-t-il martelé au micro d'Euronews. Nous avons assisté à une tentative de meurtre sur deux personnes, un homme et sa fille. Cela est une attitude inacceptable de la part de la Russie, c'est une attaque contre le Royaume-Uni, et l'Occident doit clairement faire savoir que cette attitude est totalement inacceptable."

Pour d'autres au Parlement européen, une confrontation avec la Russie serait vaine. C'est l'avis de l'Allemand Helmut Scholz, du parti Die Linke :

"Nous sommes déjà dans une escalade. Alors où va nous conduire la déclaration de Mme May ? s'interroge-t-il. Comment sortir de cette spirale ? Et pourquoi ne pas permettre aux Russes de se rendre sur le lieu où cela s'est produit pour participer à l'enquête et vérifier les preuves ? il faut demander aux Russes d'apporter la preuve de ce qui s'est passé selon eux."