EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Norvège : de Facebook à la démission

Norvège : de Facebook à la démission
Tous droits réservés 
Par Cyril Fourneris
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La ministre de la Justice, Sylvi Listhaug, avait affirmé que travaillistes favorisaient "les droits des terroristes à la sécurité nationale".

PUBLICITÉ

Sylvi Listhaug a démissionné ce lundi de son poste de ministre norvégienne de la Justice, quelques heures avant le vote d'une motion de défiance à l'issue incertaine au Parlement.

La ministre avait mis tout le gouvernement conservateur en porte-à-faux, à cause d'une publication sur Facebook le 9 mars dernier : elle accusait le parti travailliste de favoriser "les droits des terroristes à la sécurité nationale".

Le thème est particulièrement sensible pour les travaillistes, qui avaient été la cible des sanglants attentats d'Anders Breivik en 2011.

Per Sandberg, nommé ministre de la Justice par intérim, est vite devenu la risée du web norvégien : en 1997 il avait été condamné à près de 400 euros d'amende pour avoir donné un coup de tête à un demandeur d'asile lors d'une soirée arrosée.

"Au moins le nouveau ministre de la Justice a-t-il une expérience de première main du système judiciaire", s'est amusé, selon l'AFP, un compte parodique du parti du Progrès (FrP), formation de droite anti-immigration qui mène le gouvernement minoritaire.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un homme de nationalité russe et ukrainienne arrêté à Roissy, soupçonné de préparer un attentat

Attaque au couteau "terroriste" dans une église de Sidney

Un homme suspecté d'être membre actif du groupe Etat islamique arrêté en Italie