EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Viktor Orbán, vingt ans de nationalisme

Viktor Orbán, vingt ans de nationalisme
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

C'est à la chute de l'URSS que la carrière de Viktor Orbán, Premier ministre hongrois, a commencé. S'en sont suivis vingt ans d'une longue dérive vers le nationalisme dur et le populisme.

PUBLICITÉ

C'est le 16 juin 1989 que le jeune Viktor Orbán s'est rendu célèbre, en prononçant place des Héros à Budapest un discours appelant à des élections libres et au retrait des troupes soviétiques.

Membre fondateur du Fidesz, l'Alliance des Jeunes Démocrates, Viktor Orbán reçut cette année là une bourse de la Fondation George Soros pour aller étudier à Oxford. A son retour en 1990, il fut élu député.

C'est le Fidesz qui remporta les élections législatives de 1998 avec 42% des voix. Orbán parvint à former une coalition et devint le plus jeune Premier ministre de Hongrie depuis la chute du socialisme - il restera en poste jusqu'en 2002.

Steve Jobsnak öltöztem az 1997-es parlamenti farsangra.

Une publication partagée par Orbán Viktor Hivatalos (@viktororban) le

Les élections de 2002 ont été les plus tendues en Hongrie depuis plus de dix ans et une fracture culturelle et politique sans précédent s'est formée dans le pays. Et cette fois, Viktor Orban a perdu les élections face au parti socialiste.

Lors des législatives d'avril 2010, le parti d'Orbán recueillit 52,73% du vote populaire, avec une majorité des deux tiers des sièges, ce qui a donna à Orbán suffisamment d'autorité pour changer la Constitution. Furent amendés au texte la favorisation du mariage traditionnel et une réforme électorale controversée qui divisa quasiment par deux le nombre de sièges au Parlement hongrois.

Le mélange d'euroscepticisme, de populisme et de conservatisme national d'Orbán lui a valu d'être comparé à des formations et des personnes aussi diverses que les Tories de David Cameron, Forza Italia de Silvio Berlusconi, le Front National en France, Recep Tayyip Erdoğan ou Vladimir Poutine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La chaleur peut mettre les sans-abri en danger de mort

La visite de Viktor Orban à Moscou irrite Bruxelles

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte en passe de devenir le prochain chef de l'OTAN