Hongrie : quand défaite rime avec démission pour l'extrême droite et les socialistes

Hongrie : quand défaite rime avec démission pour l'extrême droite et les socialistes
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les chefs du parti d'extrême droite Jobbik et des socialistes du MSZP ont démissionné après leurs défaites face au raz-de-marée du Fidesz de Viktor Orban.

PUBLICITÉ

Pour la gauche et le parti d'extrême droite Jobbik, cette victoire du Fidesz est synonyme de démission. Tous avaient misé sur une lassitude d'une partie des électeurs envers les diatribes de Viktor Orban, il n'en a rien été. C'est donc une amère déception pour les perdants qui avaient fait campagne en dénonçant le clientélisme, la déliquescence des services publics et un pouvoir d'achat insuffisant. 

La participation, en hausse de sept points à plus 69 %, nourrissait leurs espoirs de faire trébucher le dirigeant souverainiste. Mais la gauche a affronté le scrutin en ordre dispersé et n'avait pas conclu d'accord électoral avec le Jobbik. Résultat, le président des socialistes du MSZP Gyula Molnar a présenté sa démission.

Premier parti d'opposition, le parti d'extrême droite Jobbik, avait également entrepris de recentrer son image, mais il n'a pas réussi à améliorer son score d'il y a quatre ans, et a dû se contenter de près de 20 % des suffrages.

Son leader, Gabor Vona, qui a même échoué à s'imposer dans sa circonscription, a dénoncé les "mensonges" et les "attaques perpétuelles" qui ont, selon lui, visé son parti. Puis, il a aussi annoncé qu'il présenterait formellement sa démission de la tête de Jobbik. 

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Législatives en Hongrie : Orbán en route vers un 3e mandat d'affilée

Extrême droite sanctionnée en Hongrie : vers la fin du Jobbik ?

Le Premier ministre portugais poursuivi pour corruption à cause d'une erreur sur son nom