DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Biathlon : dopage et corruption ?

Vous lisez:

Biathlon : dopage et corruption ?

Biathlon : dopage et corruption ?
@ Copyright :
REUTERS/Toby Melville/File Photo
Taille du texte Aa Aa

"Je ne suis pas corrompu", a affirmé M. Besseberg à la chaîne norvégienne TV2.

Soupçonné d'avoir caché des cas de dopage de sportifs russes, M. Besseberg fait l'objet d'une enquête qui a donné lieu à des perquisitions cette semaine au siège de l'IBU, à Salzbourg (Autriche) et en Norvège.

Citant des sources anonymes, le journal norvégien Verdens Gang (VG) assurait jeudi que M. Besseberg était soupçonné d'avoir dissimulé 65 cas de dopage russes depuis 2011. "Je n'ai jamais ne serait-ce qu'essayé de manipuler ou de cacher des tests de dopage positifs, qu'il s'agisse de Russes ou d'autres", s'est défendu le chef de la Fédération internationale de biathlon (IBU) auprès de TV2.

Un peu auparavant, l'IBU avait annoncé dans un communiqué la démission, "le temps de l'enquête", de M. Besseberg de son mandat à la tête de la fédération qu'il préside depuis qu'elle a vu le jour en 1993.

La secrétaire générale de l'IBU, l'Allemande Nicole Resch, 42 ans, également mise en cause dans ce dossier, a pour sa part été "provisoirement suspendue".

Mercredi soir, le quotidien français Le Monde avait révélé les détails d'un rapport confidentiel de l'Agence mondiale antidopage (AMA) de fin 2017 avérant une "corruption (afin) de protéger les athlètes russes dopés". Contactée par l'AFP, l'AMA avait confirmé avoir mené "une enquête sur les activités de l'IBU" et avoir pris contact "avec les polices autrichienne et norvégienne, tout comme Interpol".

Selon Le Monde, l'AMA estimait que deux personnes, le Norvégien Anders Besseberg, président de l'IBU, et l'Allemande Nicole Resch, secrétaire générale de l'IBU, ont été corrompues "avec succès" par la Russie.