DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dans les rues de Damas, on blâme les "agresseurs"

Vous lisez :

Dans les rues de Damas, on blâme les "agresseurs"

Dans les rues de Damas, on blâme les "agresseurs"
Taille du texte Aa Aa

Des "agresseurs". C'est la terminologie officielle du régime syrien et c'est ainsi que des habitants de Damas, qualifient la France les Etats-Unis et le Royaume-Uni, qui ont frappé militairement des installations de leur pays dans la nuit de vendredi à samedi.

Quelques heures après les raids aériens, des centaines de personnes avaient scandé leur soutien à Bachar al-Assad sur la place des Omeyyades, dans la capitale syrienne.

Ce dimanche, l'atmosphère est plutôt calme dans les rues de la ville qui est l'une des plus anciennes au monde à avoir été continuellement habitées.

"Les trois agresseurs sont des pays colonisateurs, ils agissent selon la vieille approche, ils imposent leur opinion et leur nature aux populations arabes et à celles des pays du tiers monde", estime Yousef Hosiayan, pharmacien.

"Les agresseurs se sont ligués contre nous pour nous abattre et ils ont échoué. Ils ne peuvent pas nous affecter car nous sommes solides comme un roc", dit Mohammad Al Zoabi, un Damascène d'un certain âge.

"Les Etats-Unis sont comme une pieuvre, ils ont des bras partout, et l'un d'entre eux, c'est cette agression tripartite contre notre pays. Si Dieu le veut, grâce à l'armée arabe syrienne et notre grand dirigeant, le Docteur Bachar al Assad, nous couperons ces bras qui tentent de faire du mal à notre nation", espère Ali Sattouf, un autre habitant de Damas.

L'armée syrienne, épaulée par son allié russe, affirme avoir abattu la majorité des quelque 110 missiles tirés sur le pays. Le régime syrien et la Russie n'ont pas fait état de victime.