DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Arménie : Pachinian, le "candidat du peuple"

Vous lisez :

Arménie : Pachinian, le "candidat du peuple"

Arménie : Pachinian, le "candidat du peuple"
Taille du texte Aa Aa

"Le printemps de la Libération est arrivé en Arménie" : ce sont les mots prononcés ce dimanche par une manifestante de 56 ans, l'une des dizaines de milliers de personnes qui se sont mobilisées à l'appel de Nikol Pachinian. Le leader de l'opposition semble désormais très prêt d'accéder au poste de Premier ministre, dont l'élection par le parlement arménien a lieu mardi.

Seul candidat déclaré, il pourrait même être soutenu par le parti républicain, au pouvoir, dont le vice-président, Armen Achotian, admet : "Nous aussi, nous voyons le soutien de l'opinion publique, du peuple, à Nikol Pachinian. Et cela le rend très légitime à venir parler, résumer la situation et trouver la bonne solution. Je pense qu'il est très important d'entendre le seul candidat au poste de Premier ministre expliquer sa position sur les principaux problèmes que l'Arménie a actuellement. Nous voulons donc entendre peut-être quelques propositions de programme, quelques visions sur les moyens possibles de sortir de cette situation".

Notre envoyé spécial a rencontré Nikol Pachinian, qui se présentera donc devant le parlement mardi.

"Il semble que ce soit la fin de cette bataille politique et vous êtes le vainqueur. Comment vous sentez-vous?

"Vous savez, je pense que les gagnants ce sont les gens, les Arméniens. Le peuple arménien a soutenu notre idée, et notre volonté de changement et d'un nouveau gouvernement en Arménie. Je pense donc que la question est : le Parti républicain veut-il résoudre cette crise politique? Si oui, ils doivent voter pour le candidat du peuple. Et la réalité est que ces vingt dernières années nous avons en permanence, nous avons eu des gouvernements sans soutien du peuple, sans que le peuple croie en eux. Ainsi, notre peuple jusqu'à présent était déçu, notre peuple ne croyait pas en son propre avenir, et maintenant notre peuple croit en son avenir".

Pour obtenir la majorité des votes au parlement, Pachinian aura besoin du vote de plusieurs députés républicains. Tout n'était donc pas joué, à l'avant-veille de la séance extraordinaire.

Apostolos Staikos, notre envoyé spécial à Erevan :

"Beaucoup s'attendaient à ce qu'ici, au parlement d'Arménie, nous devenions les témoins d'un thriller politique pour l'élection du nouveau Premier ministre. Si maintenant, Nikol Pachinian a une longueur d'avance, sa mission n'est pas facile, puisqu'il doit travailler avec ceux qui, jusqu'à hier, étaient accusés de corruption et d'obsession pour le pouvoir".