EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Etats-Unis : de nombreux Honduriens menacés d'expulsion

Etats-Unis : de nombreux Honduriens menacés d'expulsion
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'administration Trump va leur retirer le statut de protection temporaire

PUBLICITÉ

La décision de l'administration Trump est tombée comme un couperet. Les Honduriens installés aux États-Unis grâce au statut de protection temporaire mis en place en 1999 ont 18 mois pour partir ou trouver un moyen de régulariser leur situation. Ce statut sera supprimé en janvier 2020. Pour les autorités honduriennes, un coup d'arrêt difficilement compréhensible.

"Le gouvernement de la République hondurienne reconnaît qu'il s'agit d'une décision souveraine du gouvernement américain, adoptée par l'administration Trump, a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Jose Isaias Barahona. Néanmoins, nous déplorons profondément l'annulation du programme TPS qui affecte aujourd'hui plus de 44 000 compatriotes."

Avant les Honduriens, ce statut avait été supprimé pour les Haïtiens, les Salvadoriens ou encore les Népalais. Une nouvelle décision dans la droite ligne de la politique anti-migratoire de Donald Trump, qui laisse démunis ceux qui ont fait leur vie aux États-Unis.

"Cela fait 27 ans que je vis dans ce pays, témoigne Iris Costa. Je suis arrivée en 1992. Donc je ne sais plus rien de mon pays de naissance. J'ai contribué à l'économie de ce pays depuis que je bénéficie du TPS. J'ai payé mes impôts, nous ne sommes pas des délinquants malgré la façon dont on nous traite, nous les Hispaniques."

Le statut de protection temporaire, créé pour offrir un refuge aux personnes touchées par les catastrophes naturelles ou les conflits, avait été ouvert aux Honduriens après le passage de l'ouragan Mitch en 1998. Ce pays reste aujourd'hui l'un des plus violents d'Amérique latine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mexique : le désespoir des réfugiés honduriens à la frontière

Donald Trump investi par le parti républicain

Joe Biden et Donald Trump appellent à l'apaisement après la tentative d'assassinat