EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Hausse de tension sur le nucléaire iranien

Hausse de tension sur le nucléaire iranien
Tous droits réservés 
Par Olivier Schneid avec afp
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président iranien Hassan Rohani a, dimanche 6 mai 2018, menacé son homologue américain, Donald Trump, d'une riposte de son pays si les Etats-Unis décidaient de quitter l'accord sur le nucléaire. Sans toutefois préciser quelle serait sa réaction.

PUBLICITÉ

A une semaine de la date-limite fixée, unilatéralement, au 12 mai par le président américain Donald Trump pour élaborer un nouveau texte sur le nucléaire iranien, son homologue iranien, Hassan Rohani, lui a promis que "Si les États-Unis quittaient l'accord conclu en 2015, ils le regretteraient comme jamais dans l'histoire."

Lors de ce discours tenu à Sabzevar, dans le nord-ouest du pays, il n'a toutefois pas précisé quelle serait la réaction de l'Iran en cas de retrait des Etats-Unis. Alors que, jeudi, le conseiller pour les affaires internationales du Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, avait assuré que l'Iran quitterait l'accord si les Etats-Unis mettaient leur menace à exécution.

Conclu sous le mandat de Barack Obama, cet accord, dont la Chine, la Russie, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne sont aussi signataires, encadre strictement les activités nucléaires de l'Iran afin de garantir leur nature pacifique. Depuis son arrivée au pouvoir, le président Trump en dénonce, de façon récurrente, les "terribles lacunes".

Le président Rohani s'est plus largement adressé "au monde entier, à l'Amérique, à l'Europe, à l'Est comme à l'Ouest : il est hors de question de négocier notre défense nationale. Nous construirons des armements à la hauteur des besoins de notre pays." "Trump doit savoir que notre peuple est uni, le régime sioniste doit savoir que notre peuple est uni", a-t-il aussi déclaré.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Iran : Ebrahim Raïssi, portrait d'un dirigeant ultra-conservateur

Le chef de l'AIEA cherche à renforcer les contrôles sur le programme nucléaire iranien

Iran : faible participation pour les élections législatives dans le pays