Le Burundi vote pour renforcer son président

Le Burundi vote pour renforcer son président
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'issue du vote est attendue. Les électeurs sont interpellés sur un changement de la constitution qui permettra au président de rester au pouvoir encore 16 ans.

PUBLICITÉ

"Ego" ou "oya", "oui" ou "non", voilà la case à cocher, au Burundi. Ils sont très nombreux à voter lors du référendum contrôlé de près par le régime. Sur le bulletin, pas de question, juste "oui" ou "non", pour une vaste révision constitutionnelle destinée à renforcer le pouvoir du président Pierre Nkurunziza,  et lui permettre de rester aux commandes jusqu'en 2034.

4,8 millions d'électeurs sont attendus dans les bureaux de vote de ce tout pays coincé entre la RDC et la Tanzanie. L'enthousiasme cache une autre réalité selon les témoins. Des membres du parti au pouvoir ont reçu pour consigne de se présenter très tôt aux bureaux de vote. Et les milices redoutées de la ligue de jeunesse du parti font du porte-à-porte pour menacer les gens n'ayant pas encore voté.

L'issue du vote est attendue. La campagne pour le référendum a été marquée par des enlèvements, meurtres et arrestations arbitraires, selon la Fédération internationale des droits de l'Homme.

Depuis la candidature du président Nkurunziza à un troisième mandat en avril 2015, contestée jusque dans son camp, l'homme fort du Burundi a mené une répression brutale, qui a fait au moins 1.200 morts et plus de 400.000 réfugiés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'ONU dénonce des "crimes contre l'humanité" au Burundi