Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Bruxelles, échappatoire pour des homosexuels turcs

Bruxelles, échappatoire pour des homosexuels turcs
Tous droits réservés
REUTERS/Francois Lenoir
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La Gay Pride s'est tenue ce samedi à Bruxelles, une 23ème édition pour cette marche des fiertés.

Parmi ceux et celles venus défiler, des personnes homosexuelles qui ont dû fuir la Turquie, où la mise à la marge reste la règle, comme pour cet homme qui a obtenu l'asile politique en Belgique :

"En Turquie, j'étais sous pression familiale, sociale et politique. J'ai eu des problèmes dans la rue mais la police ne m'a pas aidé."

Meriç, venue d'Istanbul, étudie à Bruxelles dans le cadre du programme Erasmus. Selon elle, la pression s'est accrue sur le homosexuels ces dernières années. "Après la tentative de coup d'Etat en Turquie, ils [le gouvernement] ont décrété l'état d'urgence, comme ça ils peuvent réprimer plus facilement des manifestations et des événements".

Dans son rapport publié il y a un mois, Amnesty International alerte sur la dégradation des droits humains en Turquie. De nombreux ressortissants ont perdu leur travail, beaucoup d'autres sont en prison.

"La Turquie a été l'un des premiers pays musulmans à autoriser, par exemple, la Gay Pride", relate Jenny Vanderlinden, coordinatrice pour la Turquie au sein d'Amnesty International Belgique. "Mais aujourd'hui, [ces marches] sont interdites. Le président Erdogan a même déclaré à la presse que l'homosexualité était incompatible avec les valeurs de l'islam".

Le premier vice-président de la commission européenne Frans Timmermans s'est aussi rendu à cette marche des fiertés.

"Vous pouvez constater que nous avons fait un énorme pas en avant en matière d'égalité et de droits des homosexuels, mais il y a aussi beaucoup de rejet, il y a beaucoup de conservatisme et de haine à l'encontre des personnes qui sont différentes, notamment des homosexuels, et nous devons combattre cela".

En 2012, un homme de 32 ans a été assassiné à Liège, en Belgique, en raison de son homosexualtié.