DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie : "Un gouvernement à la Trump"

Vous lisez:

Italie : "Un gouvernement à la Trump"

Italie : "Un gouvernement à la Trump"
Taille du texte Aa Aa

En Italie, est né le premier gouvernement d'alliance entre un jeune mouvement anti-système et un parti d'extrême droite. À quoi peut-on s’attendre, notamment en Europe ? Élément de réponse avec le journaliste et auteur Alan Friedman, spécialiste de la politique italienne.

"Ce gouvernement de populistes et de démagogues, eurosceptiques et anti-immigration, va résister et nous allons maintenant découvrir ce que cela signifie d'avoir le premier gouvernement de type Trump dans l'une des plus grandes économies d'Europe.

Vont-ils aller à l'encontre de l'Europe ou se calmeront-ils, s'engageront-ils dans des politiques économiques radicales qui troubleront les finances de l'Italie ou seront-ils plus pragmatiques ?

Le fait que Paolo Savona, l'économiste anti-euro controversé dont le nom a été refusé par le président italien pour diriger les Finances ait été finalement nommé aux affaires européennes est une insulte à l’Europe.

Paolo Savona avait envisagé un plan B pour quitter l’euro et que l’Italie laisse la monnaie unique. Cela ne se produira peut-être pas et l’Italie conservera la monnaie unique, mais ceux qui sont à présent au pouvoir ont promis une dépense publique estimée à 100 milliards d’euros.

À l'heure actuelle, les marchés financiers se sont apaisés après avoir été effrayés et inquiétés par la situation en Italie et la liquidation des obligations italiennes. Mais si le nouveau gouvernement donne l'impression qu'il va vraiment créer un impôt forfaitaire qui créera un déficit budgétaire de 50 milliards d'euros par an, ou s’il essaie de tuer la réforme sur les retraites, ce qui coûterait 200 milliards d'euros, s’il fait ce genre de choses irresponsables, les marchés financiers seront affectés, les agences de notation baisseront la note de la dette souveraine et dans ce cas-là, même Mario Draghi et son programme dit d’assouplissement quantitatif ne pourront pas sauver l'Italie".