DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nabucco par l'Opéra national grec à Athènes

Vous lisez:

Nabucco par l'Opéra national grec à Athènes

Nabucco par l'Opéra national grec à Athènes
Taille du texte Aa Aa

C'est à Athènes, à l’Odéon d’Hérode Atticus que "Nabucco", retentit ces jours-ci. L'opéra emblématique de Guiseppe Verdi y est interprété par l’Opéra national grec. Cette oeuvre évoque la lutte du peuple hébreux en prise avec les Assyriens et notamment l'épisode biblique de l'esclavage des juifs à Babylone. Lors de sa création, la population milanaise alors sous occupation autrichienne s'y était identifié.

Nous avons rencontré le jeune metteur en scène italien Léo Muscato, auteur de ce "Nabucco" réactualisé:

"L'histoire de Nabucco contient de nombreux archétypes importants. Notre idée était de placer l'intrigue de l'opéra dans un temps plus proche de notre monde contemporain. Cela nous a aidés à mettre en évidence les problèmes, les événements qui peuvent attirer l'attention de notre public."

Le rôle principal, celui de Nabucco est interprété par le célèbre baryton grec Dimitri Platanias dont la carrière internationale a décollé depuis 2007. Ce n'est pas la première fois qu'il joue Nabucco. Ses performances ont déjà été saluées dans des opéras du monde entier, à Londres, à Florence, à Stuttgart, à Valence...

"C'est l'un des opéras dont les mélodies vous restent en tête et dans les oreilles, et cela va au-delà du célébrissime choeur des esclaves hébreux à Babylone. A chaque fois, c'est un défi différent pour moi, même si la musique est la même. C'est magnifique. Si un jour je me lasse, je promet que j'arrêterai de chanter ce rôle."

L'Orchestre et le Choeur de l'Opéra National Grec qui jouent Nabucco est dirigé par le Français Philippe Auguin, également directeur musical du Washington National Opera et du Kennedy Center Orchestra à Washington D.C.

Nabucco est la première des deux productions de l'opéra national grec à participer au festival d'Athènes et d'Épidaure, et c'est la sixième fois que l'opéra offre 1 500 billets à des chômeurs pour assister aux répétitions générales de ses productions.

Plus de Cult