DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Office européen de lutte antifraude dresse son bilan annuel

Vous lisez:

L'Office européen de lutte antifraude dresse son bilan annuel

L'Office européen de lutte antifraude dresse son bilan annuel
Taille du texte Aa Aa

L'Office européen de lutte anti-fraude n'a pas chômé en 2017. Le gendarme européen a conclu près de 200 enquêtes et a fourni plus de 300 recommandations aux autorités des Etats-membres.

La plupart de ces enquêtes se concentrent sur la Roumanie, la Hongrie et la Pologne. Mais il ne faut pas en tirer des conclusions générales, selon le directeur de l'OLAF, Nicholas Ilett.

"Il n'y a pas de corrélation entre le nombre d'enquêtes et le niveau de fraude ou de corruption dans un pays" explique ce Britannique. "Si nous avons beaucoup d'enquêtes, cela signifie simplement que nous avons beaucoup de coopération ou beaucoup d'information à un moment précis sur un pays".

Directeur général de l'OLAF, Nicholas Ilett

En Hongrie, l'OLAF a lancé une enquête contre l'entreprise Elios Innovative qui appartenait à Istvan Tiborc, le beau-fils du Premier ministre Viktor Orbán.

Le gendarme de lutte contre la fraude suspecte un système de crime organisé pour détourner des fonds européens afin de financer des projets d'éclairages publics.

L'enquête est toujours en cours et va se poursuivre selon le directeur de l'OLAF qui affirme être "parfaitement conscient" de l'impact politique de cette investigation.

Jusqu'ici, les autorités hongroises n'ont pas ouvert d'enquête sur cette affaire.