DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Taxes américaines : l'effet boomerang

Vous lisez:

Taxes américaines : l'effet boomerang

Taxes américaines : l'effet boomerang
Taille du texte Aa Aa

La délocalisation annoncée lundi d'une partie de la production de Harley-Davidson en dehors des États-Unis pour échapper aux tarifs douaniers instaurés par Bruxelles est "une conséquence malheureuse" de la politique commerciale américaine, a estimé mardi la commissaire européenne au Commerce.

Alors que Donald Trump menace désormais de taxer les voitures européennes, Cecilia Malmström rappelé qu'une guerre commerciale avec les États-Unis serait néfaste pour tous les consommateurs des deux côtés de l'Atlantique.

Cecilia Malmström, commissaire européenne au commerce : "Seuls 15% des voitures américaines exportées sont soumises aux droits de douane européens, parce que les voitures construites avec des pièces européennes - ce qui représente 85% des voitures - en sont exclues. Il s'agit donc d'un très petit volume. Et nous savons aussi que les usines automobiles européennes aux États-Unis emploient des millions d'Américains. Ils seront donc touchés. Il est vrai que nous avons un tarif légèrement plus élevé sur les voitures que les Américains 10 % contres 2,5 % côté américain. Mais ils ont des tarifs douaniers beaucoup plus élevés, par exemple sur les camions, les chaussures ou les vêtements....donc globalement les tarifs douaniers entre nous sont faibles".

Depuis l'entrée en vigueur des représailles commerciales européennes contre les États-Unis, le dialogue serait désormais au point mort avec Washington, a regretté la commissaire au commerce.

Avec Agences