Migrants du Diciotti : Matteo Salvini a dû plier sur décision du président italien

Migrants du Diciotti : Matteo Salvini a dû plier sur décision du président italien
Par Sandrine DelormeRoberto Alpino
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

67 migrants ont pu débarquer la nuit dernière à Trapani, en Sicile. Ils étaient confinés à bord du navire Diciotti sur ordre du ministre de l'Intérieur Matteo Salvini. Une enquête pour violence a été ouverte contre deux des 67 migrants.

PUBLICITÉ

Les 67 migrants recueillis par le "Diciotti", navire des gardes-côtes italiens, ont finalement pu débarquer pendant la nuit dans le port de Trapani, en Sicile. Pour débloquer la situation, il a fallu l'intervention décisive du président de la République italienne Sergio Mattarella auprès du chef du gouvernement Giuseppe Conte.

Les migrants étaient en effet confinés à bord depuis leur arrivée dans le port sicilien sur ordre du gouvernement et plus particulièrement du ministre de l'Intérieur d'extrême droite Matteo Salvini.

La raison avancée par le chef de la Ligue ? Deux migrants sont soupçonnés de s'être révoltés contre l'équipage du remorqueur italien, le Vos Thalassa, qui les avaient en premier lieu sauvés des eaux au large des côtes libyennes. Ils auraient eu peur d'être ramenés en Libye selon eux.

Le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, avait refusé toute la journée d'hier de donner son feu vert au débarquement. Ce matin, il a exprimé sa "stupéfaction" envers la décision de la présidence italienne.

Les deux migrants soupçonnés de violence ont aussitôt été arrêtés à leur descente pour que l'enquête soit menée par la police italienne.

Parmi les 67 rescapés, une majorité de Pakistanais, et deux mineurs de 16 et 17 ans.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Enchaînés pour soutenir les migrants

Matteo Salvini met en garde les passeurs de migrants

Lampedusa débordée après avoir accueilli plus de 1000 migrants en une journée